bienvenue sur lns, un forum city de type résidence. chaque appartement est en colocation pour faciliter la création de liens. l'action se déroule dans la ville de séoul, en corée du sud. le forum a ouvert le 27 avril 2018. 7 jours sont accordés pour terminer la fiche. deux rp demandés tous les mois, merci de faire un effort sur l'orthographe. pas de lignes minimum, lns privilégie les réponses courtes.
sample35 

taehyun

sample35

jeno

sample35

bora



 

 stars don't shine as bright ((feng))

Aller en bas 

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah
— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 102
— pseudo : rainy, chaotic.evil
— avatar : mork, mr two braincells
— billets : 17
— autres comptes : na jihyuk (jhope) & lim haewan (jungwoo).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : surchauffe, la soudaine nécessité d'y voir un peu plus clair bien que l'ensemble demeure compliqué.
— résidence : artémis.
— appartement n° : T138, premier étage pour pas que tu sautes par la fenêtre dans un moment de folie digne de mission impossible.

stars don't shine as bright ((feng))    Mer 5 Déc - 21:55
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Six semaines. Temps à la fois relativement long, mais capable de filer à vive allure si bien que tu réalises difficilement le délai écoulé depuis les premiers pas d’une relation précaire à laquelle il était ardu de croire ou apercevoir le potentiel. Dégoût mainte fois exprimé de ta part par rapport à l’amour entre deux hommes, esprit étroitement fermé dans lequel s’est tracé un espace par lequel Zhifeng a réussi à passer le pied. Réalité qui déboussole même après les rendez-vous qui se sont fait presque hebdomadaire, célébrant le septième de pair avec le jour d’anniversaire du plus jeune. Tu t’y es préparé avec des idées construites, plan général tracé au fond de ta tête pour faire le maximum des quelques heures que vous disposez avant de devoir le rendre à son meilleur ami à contre-cœur. Mélange entre excitation et légère crainte, tu ne peux retenir le sourire qui trace ton visage sur toute sa largeur alors que vous n’êtes même pas encore chez toi et que tu lui laisses le plaisir d’effectuer le transport des boissons. Certes, il y a des options des millions de fois plus romantiques que du McDonald’s, mais vous avez l’âge parfait pour la malbouffe en plus de ne pas éveiller les soupçons sur tes intentions.

La dernière semaine a été éprouvante pour toi, ta conscience et ton pauvre cœur. Partagé entre tes peurs infondées, tes vieux principes imposés par tes soins et l’envie de savourer un peu plus ce que la vie cherche à t’offrir. Tu serais un bel idiot de cracher sur quelque chose qui te tente, qui éveille une douce chaleur au fond de ta poitrine pour ne citer que la partie plus adorablement poétique des symptômes. Si tu en juges par vos rencontres réalisées sous le couvert du secret, tu ne vois pas de raisons pour t’inquiéter. Le courant passe bien, affection accentuée à chacune de vos rapides escapades discrètes avec cette mauvaise manie de te perdre dans son regard tandis qu’il cherche ses mots dans cette langue qui n’est pas la sienne et qu’il est obligé d’améliorer. Situation inattendue, tu n’y aurais pas cru deux mois plus tôt. Tu aurais ris, nié la moindre possibilité d’aboutir head over heels pour un autre.  Alors, il y a de la réflexion derrière la rapide préparation, derrière ce sentiment électrique qui anime tes nerfs pendant que tu tiens le sac de nourriture d’une main pour ouvrir l’appartement duquel tu as chassé tes lesbiennes pour avoir la paix. Porte ouverte, tu la retiens avec ton pied en le laissant entrer le premier et il y a une forte note d’empressement qui marque tes pas en allant poser tes victuailles sur la table de cuisine, revenant lui prendre ses gobelets pour les ajouter au reste. Tes chaussures volent, jugeant inutile le temps de les enlever comme une personne normale et tu laisses ton manteau trainer sur le coin du comptoir.

Mains désormais vides, il y a plus d’une heure que tu attends ce moment et aucune hésitation se trace dans cette précipitation à revenir une fois de plus vers lui. Le geste est naturel, à la limite du familier, les mains se posent contre sa taille et ton visage brusquement près du sien pour l’embrasser. Chaque baiser est spécial, juste assez différent pour s’apprécier à sa juste valeur et t’es convaincu que tu aurais raté l’une des plus belles choses de ta vie si tu avais poursuivi la voie du mec entêté à fermer les yeux. « You have no idea how much I love this. » Murmure dans la langue anglaise, sourire niais qui fond dans un rire léger du même ton avant de presser tes lèvres contre les siennes une deuxième fois. Tu pourrais y passer la journée, accroché à lui à la manière de l’amoureux transi que tu ne désirais pas devenir. Pris dans ton propre piège, le cœur qui a dicté ses commandements pour vaincre la voix au fond de ta tête petit à petit. Tu as cédé, craqué pour les détails qui le construisent. Pour ses manies, pour cette aisance qu’il a dans les contacts physiques, pour cette façon qu’ont ses yeux de se perdre en croissants quand il rit – bien qu’il soit loin d’en avoir de bien grands à la base. Tu fonds à le voir se battre pour trouver ses mots coréens lorsque vous parlez, pour votre préférence à utiliser un vocabulaire international quand vous désirez à tout prix faire passer un message clair. Il y a aussi ces heures interminables, refusant de fermer l’œil pour continuer la communication défilante en messages textes pour parler de tout et de rien, pour te donner l'occasion de t'intéresser à ses épreuves du quotidien.
Et selon les exemples sur lesquels tu peux te baser, il est clair que tu t’es suffisamment pris d’affection pour dire que tu l’aimes.



_________________
if it excites you
and scares you
at the same time,
it might be a good
thing to try
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1556-let-s-livin-it-u-p http://last-night-story.forumactif.com/t1566-we-go-up-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1565-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1749-053-2813-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1733-fengzhi
— emménagement le : 29/09/2018
— courriers : 71
— pseudo : lorelei for weaknesses
— avatar : jisung (dreamy) + solsken
— billets : 23
— autres comptes : ueda hiro (bobby) ; min chul hei (minhyuk) ; im yuna (choerry) ; hae huifan (the8)
— âge : seize ans et ça s'croit grand.
— occupation : lycéen rêveur, le sport pour avenir, il volera haut c'est clair.
— côté cœur : crush violent, cœur désarmé face aux charmes d'un certain garçon.
— résidence : un penthouse à gangnam, chez son meilleur ami.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Dim 9 Déc - 23:55
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Les jours passent si vite et avec eux, le secret se prolonge. Il ne se rend pas compte Zhifeng, de toutes ses omissions finalement pas si grandes. Quelques soirs volés et des dizaines de nuits à fantasmer, mais toujours le secret pour rendre l’aventure plus palpitante. Il s’en veut un peu, mais il ne réalise pas vraiment – ses pensées souvent dirigées vers un coréen plus mignon qu’il ne le croit. à moins qu’il ne le soit qu’avec lui et l’idée le fait doucement sourire. C’est son anniversaire aujourd’hui et il peut déjà dire qu’il fera partie de ses préférés. Il ne l’espère pas, il en est sûr. Il s’est pincé les lèvres tout le trajet, le poids des boissons pour le distraire, mais il désire bien plus depuis un moment et son regard le trahit. Mais il entre dans l’appartement en prenant tout son temps quand son petit-ami lui, se presse de le débarrasser et il rit en se mettant aussi à l’aise. ses chaussures dans un coin, à peine le temps de se redresser qu’il est pris d’assaut et son cœur s’emballe encore, toujours. Il sourit contre ses lèvres et passe les bras autour de son cou, tendresse dont il ne peut se passer. surtout pas entre eux. Sa curiosité poussée à l’extrême depuis six semaines et son audace toujours défiée, il explore et apprend doucement ce que signifient ces sentiments étrangers, jamais ressentis. et il ne pense pas à l’attirance physique, non. c’est plus fort que ça, même à son âge. Ça l’exalte lorsqu’il lui parle de cette façon, lorsqu’il les renferme dans leur petit monde. il pourrait s’y habituer. « show me, then. »

Il aurait voulu dire que lui non plus, n’a aucune idée de ce qu’il peut ressentir pour lui. d’à quel point parfois, il lui manque tellement que ça l’effraie. le second baiser est plus audacieux, comme s’il essayait de lui communiquer la force de ses sentiments ou seulement par gain de confiance. Il se sent précieux parce qu’il fête ses dix-sept ans aujourd’hui, et noah a pris du temps pour lui. chaque rendez-vous est spécial et leurs instants, tous différents, toujours plus innovants. Il s’arrache du baiser en gardant sa lippe entre ses dents quelques secondes, ses mains déjà déplacées sur ses bras puis plus bas, sa taille qu’il agrippe à son tour dans des gestes maladroits. Il lui offre quelques douceurs en plus, des baisers papillons pour tracer la ligne de sa mâchoire jusqu’à l’oreille où il murmure innocemment. « thank you… for this. » il s’écarte, alors un peu plus sérieux et timide lorsqu’il tente de désigner ce qui les entoure, pour parler de cette journée et de ce moment en particulier. Il se sent rougir, mais il ne fait plus rien pour le cacher désormais si ce n’est en souriant bêtement. Il voudrait s’excuser parfois de ne pas savoir lui parler comme il faut. Il voudrait apprendre plus vite, que la langue ne soit plus un obstacle qu’il juge assez grand. Il craint qu’un jour noah ne se lasse de galérer, parce qu’il y a tellement de choses qu’il aimerait lui dire sans hésiter ou chercher la simplicité.

« hum… qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? » ils devraient sûrement commencer par manger, mais il laisse le rôle à noah de les séparer. sa présence le rassure et sa voix le rend si faible qu’il en redemande toujours. il apprécie sa compagnie autant que son affection et peu importe si sa vision est biaisée, ça ne l’empêche pas de s’amuser et toujours trouver le temps trop court à ses côtés. il se mordille la lèvre tant cet après-midi l’impressionne un peu malgré lui, malgré tout. malgré les caresses osées déjà testées. C’est un peu plus fort à chaque fois, un peu plus excitant, un peu plus important.



_________________

Yeah I know, you looked so far away but in the end it’s so clear.

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah
— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 102
— pseudo : rainy, chaotic.evil
— avatar : mork, mr two braincells
— billets : 17
— autres comptes : na jihyuk (jhope) & lim haewan (jungwoo).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : surchauffe, la soudaine nécessité d'y voir un peu plus clair bien que l'ensemble demeure compliqué.
— résidence : artémis.
— appartement n° : T138, premier étage pour pas que tu sautes par la fenêtre dans un moment de folie digne de mission impossible.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Hier à 2:14
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Sentiments en émoi, leur vigueur exprimée avec l’intensité de ton jeune âge qui se retrouve malmené. Tu te surprends à désirer toujours plus, à chercher davantage sa compagnie pour mieux apprendre à le connaître sous toutes ses facettes, à ne plus savoir te satisfaire des quelques heures grapillées ici et là. Mitigé dans les débuts, la peur de décevoir au premier rang, de revenir sur tes décisions et anéantir les espoirs qu’il puisse nourrir. Au final, le regret se détache complètement des possibilités, écarté sauvagement pour laisser place à une certaine assurance quant à la situation qui domine ton quotidien. Il y a ce besoin de rendre cette journée encore plus spéciale qu’elle ne l’est déjà pour Zhifeng, planification modelée par ton manque d’expérience en la matière que tu espères sera tout de même suffisante. Pour l’instant, il est tout ce qui compte, réalité douce et amère. Acceptation encore un poil difficile, les principes qui restent en travers de la gorge malgré l’évidence que tu serais incapable de supprimer le dernier mois pour retourner à ta petite vie ennuyante. À la rigueur, tu te confortes dans l’idée que la base ne repose pas sur une attirance purement physique même si tu serais un énorme menteur de nier cet aspect qui ne laisse pas insensible. Le second baiser souligne ton affection, plus marquée, avant de s’étirer sur une démonstration affective du fêté qui suffit à peindre un énième sourire sur tes traits. Au fil des dernières semaines, tu te gênes de moins en moins, mains qui se glissent allègrement dans les poches arrières de son jean tandis qu’il te remercie. Tu ne vois pas en quoi le mérite te revient, aveugle à certains détails, regard rivé sur ceux qui composent son visage. Attention qui lorgne sur ses lèvres, tu finis par t’en détacher pour plutôt admirer la couleur cruellement commune de ses iris. Si jeune et déjà plus grand que toi, tu le maudis en silence pour cet aspect immanquable quand il est si près.

Le temps continue de se verser et chaque minute est précieuse, mais l’envie de remettre une distance entre vos corps ne figure aucunement sur ta liste de souhaits à réaliser. Pas même ton estomac ne réussit à t’en convaincre, pas même l’odeur trop salé des frites qui attendent d’être dévorées. Une moue s’installe, léger mécontentement que tu balaies d’un bisou rapide, de ceux qui n’effleurent les lèvres qu’un instant éphémère avant de te résoudre à le libérer de ton emprise. « Mangeons. Je garde la surprise pour après. » Gain de temps pour également te préparer mentalement en atténuant le mince élément de stress qui continue de te ronger. table rejointe, de laquelle tu écartes quelques livres qui y traînent pour faire un peu plus de place. Il y a trop de choses qui se passent en même temps dans ton esprit limité pour que tu puisses avoir vraiment faim, mais ça ne t’empêche pas de t’approprier la boîte de vingt McCroquettes comme le puit sans fond que tu es plus que capable d’être. « Tu as d’autres trucs de prévus pour ton anniversaire ? » La question se détache bien sûr de son obligation de partager son temps entre toi et la feuille de laitue chez qui il squatte qui n’a même pas conscience d’attiser une flamme de jalousie de ton côté. Chaise glissée le plus près que la configuration le permet, tu prends tes aises entre tes bouts de poulet, ton coke et le paquet de frites déjà renversé sur la table en dessous de laquelle tu passes volontairement un pied au niveau de la cheville du plus jeune. Continuant de prouver que tu es incapable de survivre à moins d’un mètre de sa présence et conserver tes mains pour toi, ton paquet de sauce barbecue est ouvert juste avant que ta main trouve l’une des siennes pour s’en saisir – la seconde précieusement conservée pour manger.



_________________
if it excites you
and scares you
at the same time,
it might be a good
thing to try
Contenu sponsorisé


Re: stars don't shine as bright ((feng))   
citer éditer supprimer
 
stars don't shine as bright ((feng))
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Stars can't shine without Darkness. » † Lorenzo
» Maliah || Stars can't shine without darkness
» (jon) stars can't shine without darkness
» Stars can't shine without darkness [PV Hideki & Tintallë]
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: l'olympus complex, banpo :: 09. résidence artémis :: aile est-
Sauter vers: