bienvenue sur lns, un forum city de type résidence. chaque appartement est en colocation pour faciliter la création de liens. l'action se déroule dans la ville de séoul, en corée du sud. le forum a ouvert le 27 avril 2018. 7 jours sont accordés pour terminer la fiche. deux rp demandés tous les mois, merci de faire un effort sur l'orthographe. pas de lignes minimum, lns privilégie les réponses courtes.
sample35 

jeno

sample35

sumi

sample35

hua

sample35 

eojin

sample35

dohwan

sample35

name



 

 stars don't shine as bright ((feng))

Aller en bas 

Park Noah



rainy, chaotic.evil

mork, mr two braincells

.

— emménagement le :
02/05/2018
— courriers :
154
— billets :
87
— autres comptes :
b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge :
tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation :
être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur :
situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence :
emerald.
— logement n° :
hope house ; e001.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah

rainy, chaotic.evil
mork, mr two braincells
.

— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 154
— billets : 87
— autres comptes : b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence : emerald.
— logement n° : hope house ; e001.

stars don't shine as bright ((feng))    Mer 5 Déc - 21:55
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Six semaines. Temps à la fois relativement long, mais capable de filer à vive allure si bien que tu réalises difficilement le délai écoulé depuis les premiers pas d’une relation précaire à laquelle il était ardu de croire ou apercevoir le potentiel. Dégoût mainte fois exprimé de ta part par rapport à l’amour entre deux hommes, esprit étroitement fermé dans lequel s’est tracé un espace par lequel Zhifeng a réussi à passer le pied. Réalité qui déboussole même après les rendez-vous qui se sont fait presque hebdomadaire, célébrant le septième de pair avec le jour d’anniversaire du plus jeune. Tu t’y es préparé avec des idées construites, plan général tracé au fond de ta tête pour faire le maximum des quelques heures que vous disposez avant de devoir le rendre à son meilleur ami à contre-cœur. Mélange entre excitation et légère crainte, tu ne peux retenir le sourire qui trace ton visage sur toute sa largeur alors que vous n’êtes même pas encore chez toi et que tu lui laisses le plaisir d’effectuer le transport des boissons. Certes, il y a des options des millions de fois plus romantiques que du McDonald’s, mais vous avez l’âge parfait pour la malbouffe en plus de ne pas éveiller les soupçons sur tes intentions.

La dernière semaine a été éprouvante pour toi, ta conscience et ton pauvre cœur. Partagé entre tes peurs infondées, tes vieux principes imposés par tes soins et l’envie de savourer un peu plus ce que la vie cherche à t’offrir. Tu serais un bel idiot de cracher sur quelque chose qui te tente, qui éveille une douce chaleur au fond de ta poitrine pour ne citer que la partie plus adorablement poétique des symptômes. Si tu en juges par vos rencontres réalisées sous le couvert du secret, tu ne vois pas de raisons pour t’inquiéter. Le courant passe bien, affection accentuée à chacune de vos rapides escapades discrètes avec cette mauvaise manie de te perdre dans son regard tandis qu’il cherche ses mots dans cette langue qui n’est pas la sienne et qu’il est obligé d’améliorer. Situation inattendue, tu n’y aurais pas cru deux mois plus tôt. Tu aurais ris, nié la moindre possibilité d’aboutir head over heels pour un autre.  Alors, il y a de la réflexion derrière la rapide préparation, derrière ce sentiment électrique qui anime tes nerfs pendant que tu tiens le sac de nourriture d’une main pour ouvrir l’appartement duquel tu as chassé tes lesbiennes pour avoir la paix. Porte ouverte, tu la retiens avec ton pied en le laissant entrer le premier et il y a une forte note d’empressement qui marque tes pas en allant poser tes victuailles sur la table de cuisine, revenant lui prendre ses gobelets pour les ajouter au reste. Tes chaussures volent, jugeant inutile le temps de les enlever comme une personne normale et tu laisses ton manteau trainer sur le coin du comptoir.

Mains désormais vides, il y a plus d’une heure que tu attends ce moment et aucune hésitation se trace dans cette précipitation à revenir une fois de plus vers lui. Le geste est naturel, à la limite du familier, les mains se posent contre sa taille et ton visage brusquement près du sien pour l’embrasser. Chaque baiser est spécial, juste assez différent pour s’apprécier à sa juste valeur et t’es convaincu que tu aurais raté l’une des plus belles choses de ta vie si tu avais poursuivi la voie du mec entêté à fermer les yeux. « You have no idea how much I love this. » Murmure dans la langue anglaise, sourire niais qui fond dans un rire léger du même ton avant de presser tes lèvres contre les siennes une deuxième fois. Tu pourrais y passer la journée, accroché à lui à la manière de l’amoureux transi que tu ne désirais pas devenir. Pris dans ton propre piège, le cœur qui a dicté ses commandements pour vaincre la voix au fond de ta tête petit à petit. Tu as cédé, craqué pour les détails qui le construisent. Pour ses manies, pour cette aisance qu’il a dans les contacts physiques, pour cette façon qu’ont ses yeux de se perdre en croissants quand il rit – bien qu’il soit loin d’en avoir de bien grands à la base. Tu fonds à le voir se battre pour trouver ses mots coréens lorsque vous parlez, pour votre préférence à utiliser un vocabulaire international quand vous désirez à tout prix faire passer un message clair. Il y a aussi ces heures interminables, refusant de fermer l’œil pour continuer la communication défilante en messages textes pour parler de tout et de rien, pour te donner l'occasion de t'intéresser à ses épreuves du quotidien.
Et selon les exemples sur lesquels tu peux te baser, il est clair que tu t’es suffisamment pris d’affection pour dire que tu l’aimes.



_________________
Chen Zhifeng



lorelei.

jisung (nct dream) + solsken

.

— emménagement le :
29/09/2018
— courriers :
91
— billets :
19
— autres comptes :
( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge :
dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation :
lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur :
cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence :
quartz.
— logement n° :
appt - q030.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1556-let-s-livin-it-u-p http://last-night-story.forumactif.com/t1566-we-go-up-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1565-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1749-053-2813-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1733-fengzhi

lorelei.
jisung (nct dream) + solsken
.

— emménagement le : 29/09/2018
— courriers : 91
— billets : 19
— autres comptes : ( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge : dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation : lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur : cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence : quartz.
— logement n° : appt - q030.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Dim 9 Déc - 23:55
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Les jours passent si vite et avec eux, le secret se prolonge. Il ne se rend pas compte Zhifeng, de toutes ses omissions finalement pas si grandes. Quelques soirs volés et des dizaines de nuits à fantasmer, mais toujours le secret pour rendre l’aventure plus palpitante. Il s’en veut un peu, mais il ne réalise pas vraiment – ses pensées souvent dirigées vers un coréen plus mignon qu’il ne le croit. à moins qu’il ne le soit qu’avec lui et l’idée le fait doucement sourire. C’est son anniversaire aujourd’hui et il peut déjà dire qu’il fera partie de ses préférés. Il ne l’espère pas, il en est sûr. Il s’est pincé les lèvres tout le trajet, le poids des boissons pour le distraire, mais il désire bien plus depuis un moment et son regard le trahit. Mais il entre dans l’appartement en prenant tout son temps quand son petit-ami lui, se presse de le débarrasser et il rit en se mettant aussi à l’aise. ses chaussures dans un coin, à peine le temps de se redresser qu’il est pris d’assaut et son cœur s’emballe encore, toujours. Il sourit contre ses lèvres et passe les bras autour de son cou, tendresse dont il ne peut se passer. surtout pas entre eux. Sa curiosité poussée à l’extrême depuis six semaines et son audace toujours défiée, il explore et apprend doucement ce que signifient ces sentiments étrangers, jamais ressentis. et il ne pense pas à l’attirance physique, non. c’est plus fort que ça, même à son âge. Ça l’exalte lorsqu’il lui parle de cette façon, lorsqu’il les renferme dans leur petit monde. il pourrait s’y habituer. « show me, then. »

Il aurait voulu dire que lui non plus, n’a aucune idée de ce qu’il peut ressentir pour lui. d’à quel point parfois, il lui manque tellement que ça l’effraie. le second baiser est plus audacieux, comme s’il essayait de lui communiquer la force de ses sentiments ou seulement par gain de confiance. Il se sent précieux parce qu’il fête ses dix-sept ans aujourd’hui, et noah a pris du temps pour lui. chaque rendez-vous est spécial et leurs instants, tous différents, toujours plus innovants. Il s’arrache du baiser en gardant sa lippe entre ses dents quelques secondes, ses mains déjà déplacées sur ses bras puis plus bas, sa taille qu’il agrippe à son tour dans des gestes maladroits. Il lui offre quelques douceurs en plus, des baisers papillons pour tracer la ligne de sa mâchoire jusqu’à l’oreille où il murmure innocemment. « thank you… for this. » il s’écarte, alors un peu plus sérieux et timide lorsqu’il tente de désigner ce qui les entoure, pour parler de cette journée et de ce moment en particulier. Il se sent rougir, mais il ne fait plus rien pour le cacher désormais si ce n’est en souriant bêtement. Il voudrait s’excuser parfois de ne pas savoir lui parler comme il faut. Il voudrait apprendre plus vite, que la langue ne soit plus un obstacle qu’il juge assez grand. Il craint qu’un jour noah ne se lasse de galérer, parce qu’il y a tellement de choses qu’il aimerait lui dire sans hésiter ou chercher la simplicité.

« hum… qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? » ils devraient sûrement commencer par manger, mais il laisse le rôle à noah de les séparer. sa présence le rassure et sa voix le rend si faible qu’il en redemande toujours. il apprécie sa compagnie autant que son affection et peu importe si sa vision est biaisée, ça ne l’empêche pas de s’amuser et toujours trouver le temps trop court à ses côtés. il se mordille la lèvre tant cet après-midi l’impressionne un peu malgré lui, malgré tout. malgré les caresses osées déjà testées. C’est un peu plus fort à chaque fois, un peu plus excitant, un peu plus important.



_________________

Yeah I know, you looked so far away but in the end it’s so clear.

Park Noah



rainy, chaotic.evil

mork, mr two braincells

.

— emménagement le :
02/05/2018
— courriers :
154
— billets :
87
— autres comptes :
b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge :
tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation :
être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur :
situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence :
emerald.
— logement n° :
hope house ; e001.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah

rainy, chaotic.evil
mork, mr two braincells
.

— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 154
— billets : 87
— autres comptes : b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence : emerald.
— logement n° : hope house ; e001.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Mar 11 Déc - 2:14
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Sentiments en émoi, leur vigueur exprimée avec l’intensité de ton jeune âge qui se retrouve malmené. Tu te surprends à désirer toujours plus, à chercher davantage sa compagnie pour mieux apprendre à le connaître sous toutes ses facettes, à ne plus savoir te satisfaire des quelques heures grapillées ici et là. Mitigé dans les débuts, la peur de décevoir au premier rang, de revenir sur tes décisions et anéantir les espoirs qu’il puisse nourrir. Au final, le regret se détache complètement des possibilités, écarté sauvagement pour laisser place à une certaine assurance quant à la situation qui domine ton quotidien. Il y a ce besoin de rendre cette journée encore plus spéciale qu’elle ne l’est déjà pour Zhifeng, planification modelée par ton manque d’expérience en la matière que tu espères sera tout de même suffisante. Pour l’instant, il est tout ce qui compte, réalité douce et amère. Acceptation encore un poil difficile, les principes qui restent en travers de la gorge malgré l’évidence que tu serais incapable de supprimer le dernier mois pour retourner à ta petite vie ennuyante. À la rigueur, tu te confortes dans l’idée que la base ne repose pas sur une attirance purement physique même si tu serais un énorme menteur de nier cet aspect qui ne laisse pas insensible. Le second baiser souligne ton affection, plus marquée, avant de s’étirer sur une démonstration affective du fêté qui suffit à peindre un énième sourire sur tes traits. Au fil des dernières semaines, tu te gênes de moins en moins, mains qui se glissent allègrement dans les poches arrières de son jean tandis qu’il te remercie. Tu ne vois pas en quoi le mérite te revient, aveugle à certains détails, regard rivé sur ceux qui composent son visage. Attention qui lorgne sur ses lèvres, tu finis par t’en détacher pour plutôt admirer la couleur cruellement commune de ses iris. Si jeune et déjà plus grand que toi, tu le maudis en silence pour cet aspect immanquable quand il est si près.

Le temps continue de se verser et chaque minute est précieuse, mais l’envie de remettre une distance entre vos corps ne figure aucunement sur ta liste de souhaits à réaliser. Pas même ton estomac ne réussit à t’en convaincre, pas même l’odeur trop salé des frites qui attendent d’être dévorées. Une moue s’installe, léger mécontentement que tu balaies d’un bisou rapide, de ceux qui n’effleurent les lèvres qu’un instant éphémère avant de te résoudre à le libérer de ton emprise. « Mangeons. Je garde la surprise pour après. » Gain de temps pour également te préparer mentalement en atténuant le mince élément de stress qui continue de te ronger. table rejointe, de laquelle tu écartes quelques livres qui y traînent pour faire un peu plus de place. Il y a trop de choses qui se passent en même temps dans ton esprit limité pour que tu puisses avoir vraiment faim, mais ça ne t’empêche pas de t’approprier la boîte de vingt McCroquettes comme le puit sans fond que tu es plus que capable d’être. « Tu as d’autres trucs de prévus pour ton anniversaire ? » La question se détache bien sûr de son obligation de partager son temps entre toi et la feuille de laitue chez qui il squatte qui n’a même pas conscience d’attiser une flamme de jalousie de ton côté. Chaise glissée le plus près que la configuration le permet, tu prends tes aises entre tes bouts de poulet, ton coke et le paquet de frites déjà renversé sur la table en dessous de laquelle tu passes volontairement un pied au niveau de la cheville du plus jeune. Continuant de prouver que tu es incapable de survivre à moins d’un mètre de sa présence et conserver tes mains pour toi, ton paquet de sauce barbecue est ouvert juste avant que ta main trouve l’une des siennes pour s’en saisir – la seconde précieusement conservée pour manger.



_________________
Chen Zhifeng



lorelei.

jisung (nct dream) + solsken

.

— emménagement le :
29/09/2018
— courriers :
91
— billets :
19
— autres comptes :
( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge :
dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation :
lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur :
cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence :
quartz.
— logement n° :
appt - q030.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1556-let-s-livin-it-u-p http://last-night-story.forumactif.com/t1566-we-go-up-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1565-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1749-053-2813-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1733-fengzhi

lorelei.
jisung (nct dream) + solsken
.

— emménagement le : 29/09/2018
— courriers : 91
— billets : 19
— autres comptes : ( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge : dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation : lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur : cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence : quartz.
— logement n° : appt - q030.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Mar 1 Jan - 17:48
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Tant de premières fois avec lui, aujourd’hui comme une date qu’il aimerait graver sur son cœur trop jeune. premier baiser sincère où autrefois la curiosité le motivait, premières tendresses poussées sans qu’on ne le repousse, sans qu’on ne se plaigne de ses étalages. Noah un peu parfois, lorsqu’il devient étouffant, mais ce n’est que pour mieux le lui rendre ensuite. Il se sent bien malgré l’inconnu dans lequel il s’est laissé tomber. Ici et maintenant, seuls dans l’appartement, il redevient courageux là où dehors, ses gestes se font plus timides et inquisiteurs. Noah n’aime pas trop ça dehors, mais il n’y a pas que ça qui le retient. Il aurait presque honte de le penser, parce qu’il croyait pouvoir le gérer, mais c’est plus facile de l’accepter en privé. C’est plus facile de l’embrasser contre un plan de travail, d’oublier l’extérieur quelques instants pour s’arrêter aux portes d’un monde plus secret, plus rassurant. Il le remercie pour cette journée, mais aussi pour toutes les attentions des semaines passées, ses regards, ses efforts pour l’écouter et lui apprendre… il le remercie juste d’être resté, parce qu’il aurait pu trouver mieux que lui. Même pour une première fois et il se demande s’il ne sera que ça. Qu’une première fois, si tout ça est temporaire. Il ne craint pas ses regards et s’y perd même volontiers, surpris parfois, de l’aisance avec laquelle il se comporte avec Noah. Il n’hésite pas longtemps avant de caresser ses joues ou lui réclamer un peu d’attention, des étreintes par dizaines et il n’a pas peur d’eux ou ce qu’ils font, mais du chemin qu’ils prennent ou justement évitent. Lui, il a déjà des étoiles dans les yeux et des fantaisies plein la tête, mais ce n’est pas vraiment officiel entre eux. Ils se découvrent, mais son cœur jeune réclame plus et non autre chose, ni quelqu’un d’autre. Il veut plus avec lui.

Le moment s’étiole quand ils s’écartent et tout redevient léger, il n’a plus le temps de penser quand le repas devient leur priorité et il s’installe à table. Il est curieux pour cette fameuse surprise, mais il a arrêté de demander des indices et de toutes façons, son attention est toute dirigée vers ses frites maintenant. Il aurait suggéré burger king si pas mcdo et ça le fait sourire, ils auront le temps de penser plus raffiné pour les fois prochaines. Il hausse les épaules à sa question. « Non, je vais appeler mes grands-parents and that’s it. » Il attaque ses chicken wings quand il sent le pied de Noah le titiller et il ne peut se retenir de sourire. Il répond au geste en caressant sa cheville et son cœur se réchauffe quand leurs mains se trouvent. Il aime ses attentions et savoir que c’est réciproque, mais il est toujours amusé de voir que ce n’est pas lui le plus en manque. Ou alors, Noah agit trop souvent avant lui pour en juger. Il mange en silence, au moins les premiers trucs avant de prendre une pause et d’essayer à nouveau. « Quand je sais pour la surprise ? » Il fait la moue pour ajouter au ton plaintif, mais aussi aux erreurs grammaticales qu’il a lui-même senti en posant la question, mais il est trop tard pour se rattraper. Il se force bien plus à parler coréen désormais, même si c’est pour sortir des bêtises, parce qu’il ne doit plus se complaire en laissant les autres se débrouiller. Il était égoïste parce qu’il ne comptait pas rester. Aujourd’hui, il envisage de continuer ses études ici. Aujourd’hui, il voit un peu plus large, mais il aimerait être sûr que ça en vaille la peine. « Noah~ tell me or i’ll do aegyo. » Il force sur ses traits pour se donner l’air mignon en boudant, un peu comme il voit des célébrités le faire à la télé. C’est bien un truc de coréens ça.



_________________

Yeah I know, you looked so far away but in the end it’s so clear.

Park Noah



rainy, chaotic.evil

mork, mr two braincells

.

— emménagement le :
02/05/2018
— courriers :
154
— billets :
87
— autres comptes :
b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge :
tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation :
être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur :
situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence :
emerald.
— logement n° :
hope house ; e001.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah

rainy, chaotic.evil
mork, mr two braincells
.

— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 154
— billets : 87
— autres comptes : b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence : emerald.
— logement n° : hope house ; e001.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Mer 2 Jan - 1:27
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Maintes heures passées dans ton lit à lutter entre l’insomnie et le rythme de tes pensées concernant un avenir pourtant si souvent ignoré. Tu ne penses pas à demain, trop axé sur le présent pour te tracasser vis-à-vis du futur, mais il y a cette exception qui s’est fait un chemin au fil des semaines. Un souhait s’est dessiné, curiosité fleurissante après chaque rendez-vous en dépit des peurs de ce que tout ça représente. Avec une personne de sexe opposé, tu t’imagines que tu n’aurais pas vécu de si grands dilemmes. Sauf que ce n’est pas l’élément à la source, tu es tombé pour une personnalité. Ironie, karma qui se moque allègrement de toi. Tu bafoues tes propres croyances quant aux relations amoureuses pour envisager le plan général sur le long terme. Ou le court, tu ne sais pas ce qu’il attend de tout ça. Pas même toi n’est convaincu de savoir la réponse, mais il y a cette petite flamme soigneusement entretenue qui ne demande que la chance de bruler encore plus longtemps.

« Ils ne viennent pas te voir ? » Peu familier avec son contexte familial, la question roule toute seule puisque tes parents viendraient te voir jusqu’au milieu des ours polaires s’il le fallait. Part de sa réalité à laquelle tu ne veux pas trop penser, tu ne veux pas te retrouver au coin du mur avec la cruelle réalisation que Zhifeng n’est que de passage dans un pays où tu résideras jusqu’à ta tombe. Plutôt que de poursuivre sur cette lancée, tu choisis de manger. Activité à la fois plaisante et utile pour passer à la prochaine étape de ton planning médiocre. Ses propos coréens se font encore chambranlant, mais c’est ce qui te fait probablement le plus craquer même si tu ne l’avoueras pas. N’importe qui d’autre, tu te moquerais de la structure fragile de sa phrase, alors que devant ton cadet tu deviens incapable de glisser les moqueries à son égard. Trop occupé à te demander si les efforts te sont réservés, l’oubli de la formulation d’une réponse s’étire et il te ramène à l’ordre dans une manifestation adorable non naturelle qui laisse un éclair glacé te parcourir la colonne. « Please, don’t. » En un instant de réflexe paniqué, tes doigts se libèrent des siens pour s’écraser sur son visage afin d’estomper le moment. Un rire traverse aussitôt tes lèvres, retirant ta main de son pauvre minois. « Désolé. » Tu le trouves adorable depuis le premier jour, là n’est pas le problème. Pour faire simple, tu résides dans ce grand bassin de population peu fervent des fameux aegyo. « You can have all of them après avoir mangé. » Mélange de deux langues planifié pour laisser la partie qui l’intéresse dans celle qu’il doit encore apprendre à maitriser. Personnellement, tu manges si vite que de ton côté la tâche est presque déjà achevée et le stress commence à se faire plus pressant sous les nerfs. L’impatience se partage, désir d’en venir au fait au plus vite pour passer à autre chose qu’importe le résultat fourni.  

Minimum de retenu, le plus jeune termine de manger avant que tu décides que ramasser les corps morts peut attendre à plus tard, quittant le confort de ta chaise pour te lever. « Okay, faut que tu fermes les yeux. » Deux mains qui se saisissent des siennes, il n’a pas d’autre choix que d’apprendre à te faire confiance pour le diriger vers ta chambre où tu caches ton jeu à déployer avec le cœur qui palpite à grande vitesse. Un pas après l’autre, tu finis par le mettre en arrêt une fois la porte de la pièce passée pour lui éviter de se prendre ton lit dans les genoux et potentiellement ruiner ta mise en scène digne de ton jeune âge. Restant devant lui, tu relâches ton emprise entre ses doigts pour te saisir d’un élément qui reste camouflé derrière ton dos le temps des ordres. « Tu peux les ouvrir. » Instantanément, tu sais ce qui s’en vient et les couleurs te montent aux joues alors que tu dévoiles l’unique rose rouge qui lui est destinée. « Feng, you know when you told me that you like me ? » Positionnement qui évite le coréen pour lui faciliter le suivi, tu n’es toutefois pas complètement à l’aise de poursuivre dans cette langue étrangère et le coréen te revient bien assez vite. « J’étais un peu hésitant parce que j’avais peur de te décevoir au bout de la ligne, mais t’es encore là après plus d’un mois donc j’en déduis que ce n’est pas le cas. Alors… » Maladresse évidente avec les mots, tu prends une pause pour te répéter les mots en tête une dernière fois avant de te jeter à l’eau. « Will you be my lover ? » Phrase apprise dans un mandarin fortement teinté de l’accent digne de l’étranger qui veut seulement épater, c’est surtout le seul moyen que tu as trouvé pour donner une note spéciale à ton envie de ne plus tourner autour du pot, de mettre des mots officiels sur ce qui vous lie tous les deux. Aucun sport n'atteint le niveau d'adrénaline qui court dans tes veines en ce moment.



_________________
Chen Zhifeng



lorelei.

jisung (nct dream) + solsken

.

— emménagement le :
29/09/2018
— courriers :
91
— billets :
19
— autres comptes :
( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge :
dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation :
lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur :
cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence :
quartz.
— logement n° :
appt - q030.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1556-let-s-livin-it-u-p http://last-night-story.forumactif.com/t1566-we-go-up-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1565-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1749-053-2813-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1733-fengzhi

lorelei.
jisung (nct dream) + solsken
.

— emménagement le : 29/09/2018
— courriers : 91
— billets : 19
— autres comptes : ( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge : dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation : lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur : cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence : quartz.
— logement n° : appt - q030.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Sam 19 Jan - 18:57
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Il est presque étonné de la question, comme si elle venait lui donner un petit espoir que la réponse change et qu’une surprise l’attende dans les jours à venir. Il secoue la tête et son visage ne laisse passer aucune émotion, ni déception ni tristesse, résigné. Il a compris avec le temps qu’il était plus un fardeau qu’un cadeau pour ses grands-parents, même s’ils l’aiment évidemment. depuis le début de son échange scolaire, il n’est rentré que deux fois à Hong Kong pour les vacances d’été. « don’t think so. Sometimes i wish my parents were … nevermind. » Il ne ressent pas vraiment leur manque parce qu’il ne les a pas connu, mais plutôt un besoin plus général d’avoir au moins une mère à ses côtés. Il lui aurait confié le moindre de ses petits problèmes, il en est persuadé. Il lui aurait parlé de Noah et de son envie de rester ici. Il n’aurait pas la responsabilité d’une société qui lui pend au nez ni de projets irréalisables parce qu’on le voit succéder à son père. Il a choisi Séoul pour s’évader et ça n’avait pas l’air de déranger – jusqu’à ses dix-huit ans, il suppose. Il a vite fait de changer le sujet en rebondissant sur cette fameuse surprise qui l’attend et son sourire revient. la menace de l’aegyo marche à moitié, mais zhifeng fait réellement la moue lorsqu’il obtient une réponse qui l’impatiente un peu plus. Il n’a pas vraiment le droit de se plaindre, car c’est toujours au dessert qu’on ouvre ses cadeaux, non ? Et dix minutes plus tard, le voilà déjà debout et les yeux fermés à la demande du plus âgé. Il accepte de se laisser guider et ses pas se font hésitants, comme s’il pouvait se prendre un meuble ou un mur à tout moment. Il est amusé par la mise en scène, excité par les raisons de tout ceci et plus qu’impatient de les découvrir à présent. Il rouvre les yeux quand il faut et son sourire le rend toujours aussi jeune et idiot, incapable d’imaginer une suite aussi romantique que celle qui prend doucement forme devant ses yeux. Face à la rose, ses yeux s’agrandissent et ses joues se teintent de rose, touché par le geste et un peu gêné, si bien qu’il se cache une partie du visage pendant que Noah reprend la parole. Lui ne fait qu’acquiescer depuis le début et encore maintenant, il hoche la tête pour lui signifier qu’il écoute, mais son cœur accélère et soudain, il se sent nerveux. Assez nerveux pour ne pas savoir le regarder dans les yeux, lui qui pourtant vingt minutes plus tôt, ne se gênait pas de le prendre d’assaut. Il se concentre sur les mots qui suivent et il aimerait le couper pour lui dire, qu’ils ont eu la même peur, mais il comprend qu’il doit se taire et il retire ses mains de son visage pour lui faire face.

« will you be my lover ? »

Et il le comprend si bien, qu’il ne réalise pas tout de suite l’effort du mandarin. Choqué d’entendre ces mots qui à ses oreilles sonnent si doux, qu’il le devient aussi et s’empare de la rose en s’approchant d’un pas, puis deux jusqu’à ce qu’il puisse se pencher sur ses lèvres et y rester plusieurs secondes. Il aurait pu crier un grand oui et se jeter sur lui, se cacher comme plus tôt et bafouiller, mais l’affection a dépassé l’embarras de ce romantisme auquel il n’est pas, du tout, habitué. Il est plutôt du genre à grimacer devant les scènes d’amour dans la fiction et en voyant la rose, c’est vrai, il s’est senti comme une de ces héroïnes de drama clichés. Pourtant maintenant, il ne ressent que soulagement et affection en overdose pour le garçon qu’il libère. « yes, yes, yes. forever. » souffle-t-il contre ses lèvres, puis il recule et c’est maintenant, alors qu’il répond en mandarin, qu’il réalise et qu’en dépit de son air admiratif, il répète pour que noah comprenne : « c’est oui, idiot… » Il s’est presque senti adulte il y a trente secondes, mais il reprend vite ses traits juvéniles. Il tourne la rose entre ses doigts, y plonge son nez et ses lèvres tandis qu’il ne décroche pas ses yeux de noah. les efforts de son désormais petit-ami l’impressionnent, lui qui l’aurait assommé pour éviter de le voir faire de l’aegyo, vient de se déclarer avec une rose et une phrase apprise dans sa langue natale. « you are fucking cute. » silence. il a l’air surpris de l’avoir dit à voix haute et ses oreilles, d’un rouge aussi vif que la rose, en témoigne. Alors il se cache à moitié derrière la fleur, une fois encore.    



_________________

Yeah I know, you looked so far away but in the end it’s so clear.

Park Noah



rainy, chaotic.evil

mork, mr two braincells

.

— emménagement le :
02/05/2018
— courriers :
154
— billets :
87
— autres comptes :
b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge :
tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation :
être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur :
situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence :
emerald.
— logement n° :
hope house ; e001.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah

rainy, chaotic.evil
mork, mr two braincells
.

— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 154
— billets : 87
— autres comptes : b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence : emerald.
— logement n° : hope house ; e001.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Dim 20 Jan - 7:04
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Instant de nervosité une fois les mots prononcés avec la précision apprise au mieux de tes capacités, le souffle court qui attend un verdict pourtant cruellement évident, ne voyant pas en quoi le retour pourrait être négatif. On ne sait jamais, le doute toujours moindrement présent quant aux impressions qui auraient pu être erronées, faussées par une longueur d’onde qui diffère pour te retourner à la case départ de laquelle tu n’aurais plus l’intention de déroger s’il fallait y remettre le pied. La fleur quitte tes doigts, échangée contre un baiser qui dicte la valse à ton pauvre cœur qui n’a pas besoin de mots pour connaitre le verdict du plus jeune. Le geste est rendu, mains doucement posées à la taille, content de la réaction, des manies s’étant dessinées pendant l’aveux qui n’ont fait que confirmer la direction que tu cherches à donner à cette aventure. Malgré les dernières semaines, il t’est encore difficile de croire que tout ça est vrai, tangible, réel. Que ton cœur a choisi de s’enticher d’un autre jeune homme en dépit de tes mots si souvent prononcés avec la confidence immuable de l’hétérosexualité si fausse, mensonge déterré avant la fin de l’année pour annoncer les changements accompagnant la prochaine à venir. Tu as le feu au ventre, couleurs qui peinturent joliment le teint tandis qu’il lance sa réponse dans sa langue natale que tu ne peux assurer comprendre, mais le non-verbal et l’expression suffisent à contrer l’incompréhension du mandarin. La traduction ne tarde pas à suivre, énième sourire qui vient fendre les lèvres avant de se noyer dans un rire gêné à la nouvelle mention de Zhifeng. « Ah, no, I’m not. » Déni, compliment balayé en vitesse parce que ça casse l’image même si tu ne détestes pas l’entendre venant de lui. Il l’est plus que toi, et de loin.  

Franchement, tu ignores tout de l’implication entière de ce statut apposé officiellement. Peu familier avec le domaine, ayant un peu accepté ne pas être le plus grand fan du concept des relations amoureuses où tu t’es retrouvé coincé dans ton propre jeu, tu te rassures d’avance sur le fait que tu n’as pas à t’en inquiéter. La ligne est la même, pour toi, pour lui. Incertaine, aucunement définie si ce n’est que par les bases universelles qui ne laissent pas place aux préférences, aux subtilités. Tu ne sais même pas quand il devient acceptable de prononcer le premier je t’aime, mais ça viendra. Il te reste encore une dernière surprise, cadeau réservé pour la célébration de son anniversaire bien que ce ne soit pas aussi frappant que ta demande. « J’ai aussi un cadeau, vu que c’est ta fête. » Tes doigts n’ont pas vraiment envie de le lâcher, point d’encrage pour ton être étouffé par son petit bonheur, mais il ne partira pas en poussière si tu cesses de le toucher pour deux minutes. Geste rapide, tu récupères la boîte enveloppée de papier coloré restée sur ton lit pour la lui offrir en te disant que tu aurais peut-être pu faire mieux qu’une simple pensée. Le choix qui semble soudainement un peu niais, ta passion pour l’achat de vêtements comme deuxième plus grand secret qui se laisse entendre par le sweatshirt. Tu en portes souvent, tentative de ce petit rappel pour appuyer ta présence même en absence physique. Dégoût des clichés romantiques, pourtant tu les utilises avec joie maintenant que l’occasion se dévoile, les expérimentations obligées pour découvrir ce qui vous plait à tous les deux. Après tout, tu ne connais que sa surface, pas assez de temps ayant coulé pour tout savoir, pour le connaître aussi bien que tu voudrais que ce soit déjà le cas. Ça aussi, ça viendra. Vous avez le temps, aucun besoin de précipiter les choses parce que, pour une fois, tu ne comptes pas fuir comme un lâche. Tu comptes bien rester, essayer, découvrir la blinde de nouveautés avec lui dont certaines que tu préfères taire pendant encore un moment. Si tu as dix-neuf ans, lui n’en a que dix-sept et tu essaies de ne pas l’oublier - bien que tu préfères nettement cette réalité à celle où il aurait pu avoir une plus grande expérience qui aurait contribué à t’effrayer.



_________________
Chen Zhifeng



lorelei.

jisung (nct dream) + solsken

.

— emménagement le :
29/09/2018
— courriers :
91
— billets :
19
— autres comptes :
( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge :
dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation :
lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur :
cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence :
quartz.
— logement n° :
appt - q030.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1556-let-s-livin-it-u-p http://last-night-story.forumactif.com/t1566-we-go-up-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1565-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1749-053-2813-chen-zhifeng http://last-night-story.forumactif.com/t1733-fengzhi

lorelei.
jisung (nct dream) + solsken
.

— emménagement le : 29/09/2018
— courriers : 91
— billets : 19
— autres comptes : ( ueda hiro – min chul hei – im yuna – hae huifan )
— âge : dix-sept ans et ça s'croit grand.
— occupation : lycéen rêveur, il aimerait faire carrière dans le basketball.
— côté cœur : cœur désarmé face aux charmes d'un autre garçon.
— résidence : quartz.
— logement n° : appt - q030.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Ven 15 Fév - 17:07
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Il se demande encore ‘pourquoi lui’ et même s’il efface toujours ses doutes aussi vite qu’ils arrivent, il ne peut s’empêcher d’y penser à chaque fois qu’un acte sincère se dessine devant ses yeux. Il est jeune et il profite un maximum du présent, même s’il essaie parfois de penser au futur. Il ne le fait pas vraiment… parce qu’il sait où se trouve son véritable foyer et se souvient des responsabilités qui l’attendent là-bas. Il est jeune et il ne sait gérer que les étincelles dispersées dans son cœur et le feu qu’elles allument à chaque fois que noah le regarde. Il ne suffit que d’un geste, mais aujourd’hui, il ne sait plus où donner de la tête et il se sent mieux avec les gestes que les mots. un baiser pour sceller une promesse. Il ne se savait pas si réceptif au romantisme, mais il doit admettre que ce n’est pas désagréable. Il se sentirait presque comme ayant le rôle de l’héroïne gâtée des comédies romantiques, mais ce n’est pas humiliant non plus. c’est plutôt cool d’être au centre de cette journée, la sienne après tout, comme il s’agit de son anniversaire. Il n’insiste pas sur le fait que noah soit mignon en ce moment, mais c’est un côté qu’il aime bien voir apparaître. Et lorsqu’il lui avoue avoir un cadeau pour lui, plus matériel, le compliment lui revient en tête. noah est mignon et il espère pouvoir en être témoin encore des mois, des années si la vie le veut bien. mais zhifeng n’aime pas réfléchir à l’après, il est jeune et il préfère s’amuser. Son avenir l’angoisse plus qu’il ne le prétend et l’absence de figures parentales dans sa vie, de véritables, intéressés par son bien-être, ne l’aide pas à y voir plus clair. « trop gentil. » il tire la langue, mais sa curiosité prend le pas et il sautille sur-place en attendant le paquet. Littéralement, parce qu’il a toujours été à la limite de l’hyperactivité et qu’il ne peut rien faire en silence. « qu’est-ce que c’est ? » il déchire l’emballage et son sourire s’élargit en ouvrant la boite, laissant la boite sur le lit pour en sortir le sweatshirt. Il remarque que c’est un de ceux que noah portent souvent, que c’est son style et il comprend l’intention. « please, you’re just very cute today. » et il tire à nouveau la langue, plus espiègle que les minutes précédentes. C’est comme s’il relâchait la pression après leur petit moment important, où feng y a vu la certitude de ses sentiments réciproques. Leur relation est encore fragile, il peut le sentir, mais elle n’est plus aussi futile qu’il pouvait le craindre. Ils avancent tous les deux sur un chemin qu’ils découvrent ensemble et il craignait que ce ne soit que ça, de la curiosité et du bon temps temporaire. Mais aujourd’hui, il se sent allégé d’un poids. Il retire sa veste-chemise pour essayer le sweatshirt et constater que la taille est parfaite. « Je l’aime beaucoup, merci. » puis sans prévenir, il pousse noah sur le lit et grimpe sur lui en s’asseyant sur ses cuisses pour le bloquer là. « what’s next? cause i’d really want to thank you, now… » et la revoilà, son audace. imprévisible, il devrait apprendre à tenir en place, mais noah a le don de le rendre courageux aussi souvent qu’il l’impressionne, oscillant entre assurance et lâcheté. Il découvre la passion, un terrain toujours inconnu et ce n’est pas ça qui l’effraie, toujours prêt à relever des challenges, mais plutôt le fait de ne pas savoir assurer. Il est jeune et il se sent jeune, surtout devant lui. il promène ses doigts le long du torse de son petit-ami, la lèvre prise entre ses dents et il n’ose faire plus, déjà assez espiègle. Il voulait peut-être juste le perturber pour s’amuser, mais il est pris à son propre piège quand tout ce qui l’intéresse, c’est de plonger pour ravager ses lèvres. Mais il n’osera pas.  



_________________

Yeah I know, you looked so far away but in the end it’s so clear.

Park Noah



rainy, chaotic.evil

mork, mr two braincells

.

— emménagement le :
02/05/2018
— courriers :
154
— billets :
87
— autres comptes :
b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge :
tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation :
être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur :
situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence :
emerald.
— logement n° :
hope house ; e001.
Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1465-cryophyte http://last-night-story.forumactif.com/t1504-park-noah-hoarfrost http://last-night-story.forumactif.com/t1503-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1727-053-0154-park-noah http://last-night-story.forumactif.com/t1736-nowah

rainy, chaotic.evil
mork, mr two braincells
.

— emménagement le : 02/05/2018
— courriers : 154
— billets : 87
— autres comptes : b. huan yue (kun) & l. haewan (jungwoo) & k. ilseong (taeil).
— âge : tout juste dix-neuf ans qui viennent de claquer à la tronche.
— occupation : être un déchet qui ne va pas à ses cours sauf pour les examens.
— côté cœur : situation presque surréaliste, inattendue. tu n'y aurais pas cru à une liaison amoureuse si vite, encore moins avec un autre, mais zhifeng est spécial. unique. attrait qui ne s'explique pas qu'avec des mots.
— résidence : emerald.
— logement n° : hope house ; e001.

Re: stars don't shine as bright ((feng))    Ven 15 Fév - 22:36
citer éditer supprimer



even atheists could see
heaven in your eyes

Nouveauté, découverte de ce côté romantique insoupçonné qui ne veut pas que les choses soient faites à moitié. Envie que tout soit bien, sans être parfait puisque tu n’es pas lunatique qui croit en cette possibilité. Tu veux simplement que ce soit spécial, autant pour lui que pour toi. Des détails mémorables, anecdotes à conserver jalousement ou raconter à autrui si le cœur est d’accord. Un pas dans la bonne direction, relation à peine amorcée que c’est à se demander combien de temps elle tiendra. Jeunesse étincelante, les premiers amours qui ont la vie difficile, réputation coriace de ne que rarement durer pour toujours. Espérant faire partie des exceptions, peu enclin à l’idée de devoir tout recommencer, convaincu que Zhifeng trace l’exception de ta fragile hétérosexualité qui veut encore se mettre en travers de la route. Maintenant que tu en es à ce stade, tu te vois mal faire un pas vers l’arrière, trop entiché au point où le contraste avec quelques mois auparavant devient troublant. Cadeau offert, joie qui se partage dans l’excitation tandis que le papier se déchire en vitesse, sentiment niais, impression que tu aurais pu faire mieux comme attention pour son anniversaire, mais ça n’a pas l’air de lui traverser l’esprit. « I’m not ! » Protestation qui se poursuit, refus catégorique de recevoir une telle étiquette d’être adorable en dépit du sourire qui ne démord pas. « Je voulais juste un truc qui te fasse penser à moi. » Peur que son chemin croise celui d’un ou d’une autre quand tu ne peux être présent physiquement, besoin de savoir qu’une part de toi rôde dans le périmètre de ce qui es tien. Sans crier garde, il troque son vêtement actuel pour enfiler le cadeau qui suffit à te faire fondre davantage, prenant note de le laisser t’emprunter autant de sweatshirt qu’il le désir dans le futur.

Compliment relatif à cette vue au bord des lèvres, dos qui trouve drastiquement le confort de ton lit sans avoir le temps de prononcer une parole de plus, rapidement bloqué à cet endroit par le poids du petit-ami. Le cœur se démène devant gestes et propos, incohérence soudaine du vocabulaire dû à un mélange entre surprise, inquiétude et excitation. Tu ne peux mentir sur le fait que tu ne rêves pas de ces scénarios sous la douche, que tu n’as pas hâte de franchir de nouvelles barrières malgré les réticences qui te tirent un peu vers l’arrière. Gêne fleurissante, aîné qui semble moins prêt à découvrir un nouveau terrain que son cadet, rouge qui pigmente le teint tandis que la main se pose sur la sienne qui parcours le torse. Contact rapide, presque léger avant de monter l’attraper par le col de son cadeau pour le forcer à se pencher jusqu’à pouvoir l’embrasser. Seul remerciement nécessaire pour l’instant, l’autre main qui trouve confort contre sa cuisse sans chercher à glisser trop haut. Évitement volontaire d’éveiller trop d’idées, les limites encore coincées au fond de la gorge sans pouvoir les adresser de vive voix. Anniversaire de Zhifeng, roi de la journée, c’est à lui de voir ce qui l’intéresse pour le peu de temps qu’il lui reste avant de devoir t’abandonner. « Just say thank you, it’s enough. » Plus tard les remerciements pourront différer, quand tu te sentiras plus sûr de toi et moins sur le point de chercher à fuir ou trouver des excuses pour ne pas aller plus loin. Attitude qui pourrait presque se vouloir vexante, mais il sait déjà qu’il est le premier. Qu’il n’y a rien eu avant, pas même d’individu de sexe féminin pour paver la route d’un maigre aperçu. Et par-dessus les craintes, il y a la même envie de ne pas précipiter les choses, que tout prendra sa place graduellement et que ça ne sert à rien de vivre comme si demain était le dernier jour. Ironie de plus sur ton existence qui ne pense pas aux conséquences, qui ne veut pas savoir ce qui arrivera demain parce que peut importe ce qui t’y attend, tu sais qu’il sera encore là. « J’aurais tellement aimé passer la soirée avec toi. » Parce que tu ne sais plus te passer de sa présence.  



_________________
Contenu sponsorisé

Re: stars don't shine as bright ((feng))   
citer éditer supprimer
 
stars don't shine as bright ((feng))
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Stars can't shine without Darkness. » † Lorenzo
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.
» Il Kwon ▲shine bright like a diamond.
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: quartier de sinyeong :: 10. emerald residency :: habitations-
Sauter vers: