bienvenue sur lns, un forum city de type résidence. chaque appartement est en colocation pour faciliter la création de liens. l'action se déroule dans la ville de séoul, en corée du sud. le forum a ouvert le 27 avril 2018. 7 jours sont accordés pour terminer la fiche. deux rp demandés tous les mois, merci de faire un effort sur l'orthographe. pas de lignes minimum, lns privilégie les réponses courtes.
sample35 

taehyun

sample35

jeno

sample35

bora



 

 misunderst–oops

Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

misunderst–oops    Dim 25 Nov - 1:37
citer éditer supprimer

misunderst–oops ★ dohwan & jia

« tout va bien, jia. »
des paroles en l'air, elle le sait. si tout allait vraiment bien, aera ne la laisserait pas sans nouvelle depuis plus de trois semaines. malgré son emploi du temps chargé, jia trouve toujours du temps pour voir cette douce amie. elle est jeune, aera, dix-sept belles années. la fille de la voisine d'antan, l'amie de fortune qu'elle pensait connaître. elle toque fort sur ce bout de bois qui la nargue, ne veut pas s'ouvrir et elle se voit obliger de partir quand le voisinage lui crie d'arrêter ce boucan.

où es-tu ?
je meurs d'inquiétude
répond putain !


le silence la contemple, il est amusé par ce spectacle pitoyable. sûrement était-elle trop pitoyable, car le destin lui donna un coup de main ce soir là. aera sort en courant de chez elle, visiblement en retard. elle trace un chemin vers un centre luxueux et jia ne parvient pas à comprendre pourquoi tant de secrets. il n'est pas rare qu'une adolescente travaille pour joindre les deux bouts, alors pourquoi cette aura sombre qu'elle a entraperçu sur les traits doux d'aera ?

la réponse lui saute à la figure dès qu'elle pose un pied dans ce lieu au parfum enivrant. y a de belles femmes et des hommes en costard qui se plaignent des courbatures, du stress au travail et leurs sourires qui sont loin d'être innocents. y a jia qui feint de se rendre aux toilettes et qui entend des brins de conversations. la voix d'aera lui a tant manqué, mais les propos qui sortent de ses lèvres la pétrifient d'horreur.

« – tu n'as encore jamais … ? questionne la collègue et il n'est pas dur de deviner la suite.
– non, pas encore.
– ma belle, tu sais bien comment ça marche ici ! il finira par te virer tôt ou tard si tu n'apportes rien de plus au centre.
– mais je ne veux pas être virer ! j'ai trop souffert pour obtenir un job qui rapporte autant, je … mais je ne veux pas faire ça pour autant, je ne peux pas.
– c'est ton choix. »

jia se recule inconsciemment, les jambes qui tremblent sous le choc. non, aera ne pouvait pas en être arriver là ! certes, elle connaît le goût amer de la misère, mais en aucun cas vendre son corps était une solution à ses yeux. pendant plusieurs minutes, jia est dans un tout autre monde, ça tourne inlassablement sous ses pieds. lorsqu'elle reprend ses esprits, aera n'est plus là.

c'est pas plus compliqué que 1 + 1 = 2, il faut qu'elle arrête la connerie qui se dessine. folle furieuse, jia ouvre des portes et les claque, les secrétaires tentent de l'arrêter mais elle les repousse violemment, incontrôlable. enfin, une porte s'ouvre sur un spectacle qui lui donne la nausée. aera est là, à moitié dénudée.

« tu la connais ? »
bien sûr que oui, c'est moi, jia.
« non, non je ne l'ai jamais vu. » la surprise et la honte peuplent le visage d'aera et l'homme jure en se rhabillant.
réveille-toi jia, elle ne voulait tout simplement plus te parler. réveille-toi. regarde comment elle détourne les yeux alors que la sécurité t'empoigne comme une malpropre et te traîne vers la sortie à l'arrière.

elle en veut à aera, elle en veut à ce patron qui engage des mineures et qui a comme critère de sélection celles qui ouvrent facilement les cuisses, elle en veut au monde entier. alors jia crie plus fort, elle cogne contre la porte jusqu'à ce que ses phalanges se teignent en rouge. « où est-il ? où est votre fichu patron ?! » les employés à l'intérieur tentent de cacher à leur supérieur cet incident inattendu, mais les cris de la nana sont persistants. alors dès que la porte s'ouvre de nouveau, la vue brouillée par des larmes de rage, elle envoie valser sa main sur ce visage inconnu. il ne peut s'agir que de ce patron, une personne qui mérite bien pire. mais elle est loin de s'imaginer de qui il s'agit réellement.




avatar

Voir le profil de l'utilisateur
— emménagement le : 05/09/2018
— courriers : 52
— pseudo : .unravel
— avatar : hwang fucking visual and rap god hyunjin. (av. myself).
— billets : 207
— autres comptes : do noeul (jeon heejin) & koo alix (jang yeeun)
— âge : dix-neuf le voyou. dix-neuf longues années à vivre dans l'ombre de son frère. même pas 5 minutes qui les sépare, mais un monde de différence à leur nom.
— occupation : il a arrêter ses études, apprends le boulot sur le tas, en dirigeant son propre bordel. DJ pour extérioriser la colère, pour décompresser.
— côté cœur : coeur à prendre, si retrouvé.
— résidence : il réside sous le toit de la déesse vierge, artémis.
— appartement n° : aile ouest, suite deluxe au troisième étage.

Re: misunderst–oops    Lun 3 Déc - 4:18
citer éditer supprimer

misunderst–oops ★ dohwan & jia

Les jours s’enfilent et se mélangent. La routine s’est finalement installée dans l’empire du petit prince. Ses employés savent à quoi s’attendre de lui, et il sait à quoi s’attendre d’eux. Une confiance s’est installée, un moment d’accalmie qui permet au gamin de souffler, d’enfin prendre une inspiration et de se réjouir du travail accompli. Les papiers sur son bureau continuent de s’empiler, impossible de les faire descendre assez rapidement pour se reposer, mais le voyou est heureux, a l’impression d’avoir réussi quelque chose. Ce n’est que la première pierre à son œuvre, mais il faut commencer quelque part, et à défaut d’être félicité par les siens, le gamin s’applaudit. Il se permet un moment d’abandon total, se laisse aller dans son fauteuil de cuir et ferme les yeux. Les heures de travail incessant ont creusés des constellations bleutées sous ses paupières et si elles ne disparaissent pas de cette paix éphémère, elles s’estompent un minimum. Gamin overworked que l’ambition écrase, âme noircie par son nom, mais pas encore pourrie. Il croit à un mauvais rêve quand les cris résonnent. Son havre de paix soudainement réduit à une guerre civile. Un long soupire franchit les lèvres du beau, le corps lourd d’une sieste terminée trop tôt. Gamin agrippe les lunettes sur son bureau dans un vain espoir de cacher la fatigue sur ses traits, et ses pas, lourds se trainent jusqu’à la porte. Et lorsqu’elle s’ouvre sur le spectacle, il est complètement changé. Adieu le gamin épuisé, les traits hagards sont remplacés par la fermeté, par l’apparence d’un homme qui sait ce qu’il fait, la confiance radiant de son être. « Qu’est-ce qui… » La main vole, se heurte à sa joue. Les lunettes volent et le carmin jaillit de ses lippes quand ses dents heurtent la chair délicate. Le colère nait dans le ventre du voyou, tord ses entrailles. La violence facile dans son sang, famille mauvaise où la discipline fait jaillir le vermeille. Son torse s’élève alors qu’il empli ses poumons d’air, tente de calmer la tornade qui gronde en lui, et son regard se tourne vers l’indésirable.

Le palpitant saute un battement, l’affection serre son myocarde alors que son visage se brûle dans sa rétine. Il la connait sans réellement la connaître, cette jolie fleur qu’on lui a présentée comme étant intouchable. Fiancée à un autre, fiancée à l’autre. Ses traits angéliques sont tordus par la rage et les cris, et pourtant, elle lui semble si belle. Ses prunelles qui lui érigent un temple, alors qu’elle lui est inaccessible. Et le myocarde qui s’excite d’un amour impossible, d’un amour qui n’a rien de pur. « Miss Jia. Qu’est-ce qui vous amène ici ? » Tignasse ébène qui se perd dans ses yeux alors que le carmin teinte ses lèvres, le gamin qui peine à garder sa contenance devant la belle. Un simple hochement à ses employés de la sécurité et la poupée est libérée, surveillée, mais les pieds au sol ; sa dignité rendue.





_________________

I'm not what you want
But I'm exactly what you need
I'm a shooting star
That wish you wished you never made


 
misunderst–oops
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oops! this is hentaï, partenariat ?
» Oops... didn't know you were here
» oops i did it again.
» OOPS ! Terra Mystica
» *Oops* It's me !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: seoul, south korea :: 15. gangnam-
Sauter vers: