bienvenue sur lns, un forum city de type résidence. chaque appartement est en colocation pour faciliter la création de liens. l'action se déroule dans la ville de séoul, en corée du sud. le forum a ouvert le 27 avril 2018. 7 jours sont accordés pour terminer la fiche. deux rp demandés tous les mois, merci de faire un effort sur l'orthographe. pas de lignes minimum, lns privilégie les réponses courtes.
sample35 

taehyun

sample35

jeno

sample35

bora



 

 là où les lumières se perdent

Aller en bas 

Guest
avatar

Invité

là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 21:22
citer éditer supprimer
ishan azaël
carte d'identité
nom, prénom, surnom
ça me dit quelque chose. je l'ai déjà entendu quelque part. peut être est-ce la radio, ou bien le bouche à oreille, mais il résonne, ou du moins - résonnait - pendant des années. ⌊ ishan ⌉ une lignée difficilement oubliable, entre le pop ancien chirurgien de renom décédé à l'ombre de son procès, et le fils dans l'ombre de ses pas. ⌊ azaël ⌉ un oublié se la coulant douce loin de tout ça, là où son nom ne percute que quelques curieux, s'informant constamment sur le monde. auxquels azaël ne répondra de toute façon que le nom n'est qu'une coïncidence, nous n'avons pas de liens de parenté.
date de naissance, âge
un compteur qui se perd, pour le moment stoppé aux ⌊ 25 ⌉ qui n'a jamais réellement compté de base. c'est qu'une excuse pour constater que la vie passe, que toi aussi t'es mortel. ça sert qu'à ça. ça n'existait pas les joyeux anniversaires, les cadeaux, ou même les fêtes avec pop. si bien que cette date ne signifie plus grand chose. on y paye même plus attention. c'est juste là pour les papiers.  ⌊ 11.01.93
lieu de naissance, origines
israël, métissé ⌉ d’héréditaire, chez lui, y a l'indifférence, la science et la connerie – c’est ainsi qu’on repère un ishan, au nombre de neurones grillées, à son sang sur les mains. une baise bâclée, un marmot, on fout leur vie en l'air, on prend les mêmes et on recommence. c’est pas à son grand-père laconique qu’il allait tirer les vers du nez en plus – il lui a toujours répété, qu’est-ce t’en as foutre d’où tu viens, le plus important, c’est où tu vas gamin, si tu regardes trop en arrière, tu verras juste qui t’encules. il avait pas si tord. ça a bien l'air d'être de famille ça, d'avoir un gros problème à la caboche.
statut civil, orientation
fiancé, biils ont l'air beau ensemble, ça fait rêver, on voudrait vivre la même chose pour son propre couple. les jaloux, y en a à la pèle. après tout elle est charmante, douce, se porte bien ; une fille typique de bonne famille, destinée à cette vie là : le foyer, un jour les gosses, le mari. ce dernier à la même image, parfait époux attentionné, travailleur, ambitieux ; il ramène un bon salaire, pas vilain non plus. l'idéal portrait trompeur pour dissimuler toute la corruption loin des regards curieux.
métier, études, occupation
c'est dans les gènes, un art au même titre que le sculpteur maniant les formes et la matière, ou le compositeur à l'aide se ses poésies. eux, ils maîtrisent la chair, les fils et l’aiguille. ⌊ chirurgien ⌉ de renom, azaël est autant capable d'ouvrir un corps, que lui refaire le visage. exemples aux degrés à déterminer.
statut monétaire, classe sociale
aisé ⌉ y a toujours eu de l'or dans la famille. une bande de dégénérés aux talents inestimables. de quoi foutre les boules. or c'étaient tous des radins, des rapaces. le partage ça a jamais été une notion primaire. tout le fric, il doit venir de ta poche, c'est comme ça. un dicton de famille inébranlable. la majorité ignorent cependant qu'un petit pourcentage lui a été légué suite au décès de pop. non pas par amour, il faut simplement que ça aille quelque part.
tocs, manies, hobbies
un perfectionnisme raffiné, des vêtements constamment repassés, un bureau ordonné au moindre objet ; on dénote une certaine obsession avec l'ordre et la propreté. + un sentiment de frustration ou de colère se traduit bien souvent par un claquement de langue que les autres percevront plus naïvement comme une minime perturbation. pourtant en arriver à frustrer à ce point azaël est rarement de l'ordre du minime. + désinfectant constamment en sa possession, il ne supporte pas d'avoir les mains sales, l’amenant à se les nettoyer régulièrement ainsi que les objets étrangers croisant sa route.
style, tatouages, piercings
rien de bien captivant. de simples oreilles percées, un accoutrement constituant la majorité du temps d'une blouse blanche d'un jean ou d'un costume événementiel. son quotidien se limite du plus basique, des vêtements passe partout qu'on peut mélanger sans y porter la moindre importance.
phobie, secret, rêve
son existence même est un secret, il est constitué de ça, de mensonges à longueur de journée. azaël en est maître cependant. un seul le dépasse, et se manifeste encore sous forme de rêves, celui d'avoir eu peur. puis le néant. le rien. la seule émotion semblant susciter quelque chose d'alarmant.
is that a knife in your pocket or are you just happy to see me? OH SHIT ITS REALLY A KNIFE, psycho path, the ubermensch, ethically questionable, memories destroy us, not totally useless: can be used as a bad example, bath of blood, anger makes you stupid and stupid gets you killed, ghost boy, life kills, malboros, my demons they know me, ask no questions get no lies, a pretty face doesnt mean a pretty heart


yeah, i had all kinds of tragic reasons for feeling sorry for myself. being fifteen didn't help. sometimes i thought that being fifteen was the worst tragedy of all.


(moodboard)
✞ ✞ ✞

(aconite) une croix, faite de rouge. une mine, ruinant leur petite gueule à travers le papier. une risée à l’apostrophe d’un rire alarmant. un naturel mépris, pour eux. pour lui – non - pour ce qui le constitue. une aversion pour ces petits os faibles, cette fragilité intouchable ; ironie à l’arôme amère, peste toute puissante dans son talent de détruire, décimer. le genre humain. rien de plus qu’une piètre pièce d’un art plus grand. si ce n’est une tache. un intrus parmi les beaux. une maladie auto-immune en elle-même. y aura toujours ce jugement, cette répugnance, envers ces êtres, ces microbes à l’allure prétentieuse, malgré les sourires, les artifices. une illusion dans laquelle azaël se fond. lui, pourtant pas plus différent des autres.

lui, identique aux autres.
probablement juste lui, se vengeant des autres.
surement de lui-même.

(marigold)  carcasse constituée de concepts, d’hypothèses. des si et des admettons. une humanité sujette à une étude approfondie – le corps imposteur. si la douleur est censée faire mal, pourquoi ne jamais la ressentir ? qu’est-ce que ça fait de regretter ? est-ce que ça fait mal aussi ? est-ce un ressenti totalement différent ? des ressentis comptés sur les dix doigts de la main, limités au plus petit nombre. Des répétitions. une quête à toujours satisfaire les meilleurs d’entre eux.

le premier doigt. la fierté.
le deuxième. le plaisir.
puis le troisième.
le quatrième.

et une quête à éviter le dixième.
comment le vide peut-il être une émotion, lorsqu’il n’est fait de rien ?
et surtout - pourquoi est-il si déstabilisant.

(love lies bleeding) le repenti. la sagesse. la seconde chance. la grâce. ce n’est pas réservé à toutes les âmes. il y est des monstres auxquels même le diable ne veut rien avoir affaire. des cas perdus pour qui on ne peut plus rien faire. leurs cadavres ayant sombré au fond des abysses, consumés par quelque chose de plus grand, d’un pouvoir infini : la folie. azaël est l’un des leurs. une menace fatidique qui rode dans l’ombre d’une banalité terrienne. tenter de sauver autrui, le remettre dans le droit chemin, une impulsion incroyablement humaine ; qui toutefois dans cette situation pourrait évoluer en une stratégie mortelle. un jeu auquel il faut bien se préparer avant de penser le commencer.

(lobelia) poigne sévère, bagou tranchant – impitoyable – l’hésitation inexistante, cruauté sincère dans la manière dont elle opère : avec l’intention de faire mal, de laisser des traces. hanter. lire la panique, la peur, c’est ça, le gain. une once de pitié qu’ils réclament, imaginant qu’il y a encore un peu de compassion - d’humanité, là-dedans. sans se douter que les lamentes ne font qu’assaisonner à la perfection le plat de résistance. ça ne sert à rien de lutter, les dés sont déjà jetés.

son petit jeu - parfaitement perfectionné. une torture psychologique balancée entre une attitude séraphique et un revers funeste.
une jolie face ne veut incontestablement pas dire un joli cœur.

(narcissus) apollon qui n’existe que dans le reflet du miroir. des beaux yeux qui ne battent que pour lui. un paon à l’ego maître, surdimensionné, désir viscéral de accroître jusqu’à faire du monde son domaine. vision réduite à ce qui ne peut qu’apporter, matériellement, émotionnellement. tout est bon à collectionner - les compliments, admirations, les amis aussi. surtout les dommages collatéraux. tout ce qui permet d’écraser. d’être supérieur. un surhumain. pourquoi pas même un dieu. suprêmement validé par ses pensées. par-delà les règles.

l’humanité même.

(devil’s snare) dissimulé dans la pénombre, protégé derrière ses petits gants, ce sourire d’or, cette bonté inhumaine. monsieur amant, monsieur voisin, monsieur ami, monsieur serviable,  monsieur sauveur, monsieur mari. monsieur tout le monde dans ses bottes de sept lieux. une usurpation constituée de mensonges tous plus surfaits les uns que les autres ; et tous aussi convainquant que l’autre. on ne suspecterait cette bienveillance gratuite, ces élans généreux, encore moins cette personne humble, qui ne semble jamais se mettre en avant et qui pourtant le mérite. on l’aime azaël. c’est une bonne personne. il est exemplaire.

il a une femme, un foyer. des amis qui peuvent compter sur lui. un boulot honorable et incroyablement humain. un bon fond. une serviabilité en or.

azaël ? il ne ferait pas de mal à une mouche.



(i.) — personne ne se doute de son attitude de maniaque qu'a un plomb qu'a pété quelque part dans un coin de sa tête, pas au premier abord du moins. pas quand azaël se tient bien droit dans ses costumes impeccables, sa fiancée au bras, un verre de champagne dans l'autre, à aveugler les demoiselles par-ci par-là avec ses sourires sortis tout droit d'une publicité dentaire. si on se concentre suffisamment cependant, on peut apercevoir la façon dont ses doigts creusent les hanches de sa dulcinée, la grimace forcée de cette dernière. ce ne sont que des détails auxquels personne ne porte attention, malheureusement. qui donc serait suspicieux pour douter de la bonne nature du preux, cet honorable chirurgien apparu de nul part pour sauver tant de vies ? personne. pas lorsqu'il offre des sommes vertigineuses pour des associations pour enfants orphelins et autres causes humanitaires. sa fiancée s'agite à ses côtés ; pour les invités compatissants, elle semble concernée. pour les plus intimes, elle ne croit pas un mot du pipeau que son futur époux raconte. si l'on prêtait attention à ses moindres faits et gestes, on pourrait le voir glisser quelques mots à l'oreille de sa fiancée, la mâchoire tendue et les doigts serrés autour de sa coupe, comme s'il est énervé. on pourrait également voir l'étincelle de peur qui agite un bref instant les prunelles de sa douce, avant que cette dernière ne craque un sourire tremblant en le repoussant légèrement de son épaule, les invités rassemblés riant de leur comportement qu'ils décriraient tous d'amoureux transis. pauvre d'elle, diraient-ils s'ils savaient ce qu'il se tramait vraiment sous cette façade de couple engagé et heureux. parce qu'une fois les rideaux tombés, les invités partis et les verres vides, le véritable azaël apparaît. il enfile une blouse blanche dissimulée au préalable, ses doigts fouillent la poche pour en sortir un scalpel usé, qu'il fait glisser entre chacun de ses doigts avec expertise. sa fiancée ressemble à une statue de marbre sur le canapé, figée comme si le scalpel se trouvait juste contre sa gorge, sous sa pomme d'adam qui descend et monte en rythme avec chacune de ses respirations. lui, ça l'amuse, un sourire qui étire ses lèvres de chat vers le haut. il peut la sentir d'où il se trouve, cette peur qui coule des pores de sa peau. il y a un avertissement dans ses yeux, et elle sait que c'est du à sa conduite de ce soir. elle est véritablement piégée dans ce cauchemar, et le réaliser est toujours la partie la plus dure à supporter à la fin de la journée. aussi, lorsqu'il part, elle reste pétrifiée sur le canapé pendant plusieurs heures, comme si la menace plane encore sur sa tête, comme s'il allait resurgir de la porte d'entrée en criant surprise et l'égorger sur le champ. l’homme n'a pas que ça à faire cependant, il sait qu'elle se tiendra à carreaux, comme à chaque fois qu'il lui rappelle ce qu'elle pourrait perdre dans cette histoire si elle essayait de s'enfuir ou encore mieux, de faire la victime et de demander de l'aide. la seule fois où c'est arrivé, c'était à leurs débuts, et elle avait rapidement compris lorsque l'homme à qui elle avait raconté ses petits secrets s'était retrouvé dans une morgue le lendemain, dû à un accident des plus étranges et inexpliqués. tout se déroule toujours comme prévu, rien ne va jamais à son encontre. lorsqu'il rejoint son appartement, la cave est déjà ouverte, les néons clignotent de manière peu accueillante. pourtant, c'est avec plaisir qu'il inhale l'odeur de désinfectant dans la pièce, prenant soin de refermer la lourde porte derrière lui. des pieds dépassent de la table d'opération au milieu de la pièce, son livreur attend avec un air sterne de l'autre côté. lorsque la journée se termine, azaël a encore du travail sur les mains. (ii.) — ses lippes portent toujours cette arme au bec, un anesthésiant cylindrique qui fume au rythme du temps qui découle de ses pauses multiples durant lesquelles le blond ne fait absolument rien. Une cigarette, ça se déguste tel un vin. on y concentre toute son attention pour un meilleur goût, sans quoi il n’a plus grand intérêt. (iii.) — multiples domiciles le voit déambuler de manière inconsistante, toutes avec le but bien précis de tromper, propager cette illusion d’être le parfait voisin trop occuper par les voyages d’affaires et ses heures à la clinique pour embêter qui que ce soit. certains ont la chance de le voir participer à des fêtes de quartier, voire même de cohabiter avec. une stratégie différente cherchant tout simplement à faire valoir son bon côté, tisser des liens qui pourraient se trouver utiles. (iv.) — il aime les films d’horreur. les nanars comme les chefs-d’œuvre, il discrimine pas, tout lui plaît : du gore gratuit au huis-clos psychologique où finalement il se passe rien, en passant par l’expérimental plus ou moins foireux et les remakes à deux balles. ça lui arrive de regarder des trucs franchement dégueulasses et de s’empiffrer de popcorn sans tressaillir un seul instant (il se marre, pointe du doigt les effets techniques, commente à voix haute), c’est pas grave si le scénario est bon à jeter aux chiottes ou si le réalisateur devrait subir une évaluation psychiatrique, ça l’amuse. cette fascination lui vient de la télé : souvent, pop s’absentait jusqu’à tard dans la nuit, il lui laissait de quoi manger dans la cuisine et grognait, t’abrutis pas devant les écrans. il l’écoutait pas, bien sûr. son plateau repas sur les genoux, il zappait et zappait, puis s’endormait – sauf qu’un soir, y avait un film d’horreur sur une chaîne obscure, le troisième volet de la franchise « red moon », et il a adoré, même s’il a pas pu éteindre la lumière après coup.  (v.) — il devait avoir dix ou onze ans quand pop lui a donné le choix entre un flingue et un couteau. les regarde pas avec des yeux de merlan frit putain, t’as l’air con. l’espace d’un instant, il a cru être dans un jeu vidéo, face au menu où on choisit les armes de son personnage. la crosse était lourde et froide ; la lame aiguisée et brillante. faut savoir se défendre, quel que soit le monde où on est, telle était la philosophie de pop – dans un sens, il avait pas tort, ils n’avaient jamais vécu dans des coins gentillets, et il tressautait à peine si une fusillade éclatait en bas de chez eux ou si une balle traversait une vitre de l'appart ; c’était terrible d’être indifférent à la violence environnante tant elle était ancrée dans son quotidien. il a finalement choisi le couteau, sans autre raison que le manche était plus facile à manier et plus facile à dissimuler. pop l’a forcé à s’entraîner, c’est comme jouer aux fléchettes, il répétait, sauf que c’était des conneries bien sûr – cela étant, maintenant, son enseignement a apporté ses fruits. (vi.) — il est très possible qu'azaël n’ait pas versé la moindre larme depuis ses cinq ou six ans. ça met du plomb dans la tête de se faire élever par pop. (vii.) — un jour, c'est passé du simple couteau et de cette excuse de défense à un scalpel, à une table disposée sous les néons. pop, c'était un personnage complexe ; un tyran au langage vulgaire, aux instructions impitoyables. pourtant, y avait toujours cette petite manifestation d'humanité qui émergeait d'une manière étrange. visible sans pour autant être une évidence. souvent, ça c'était comment il l'exprimait. le corps déposé contre la table glacée, à cœur ouvert, les tripes ici et là, l'odeur nauséabonde, insupportable. (une drôle manière d'exprimer son humanité - en en dérobant une autre.) pop, il aimait partager son savoir. il voulait le lui transmettre. t'as beau rien avoir là dedans, t'as intérêt d'ouvrir les yeux et de regarder jusqu'à la fin comment je fais. et azaël n'a jamais détourné le regard.

✞ ✞ ✞

| couleur préférée: le rouge. un signe du zodiac: le capricorne. une saison: l’automne, de ses pavés asséchés, ses carcasses craquelant sous le talon. anime les peurs, défile les monstres de cœur et de couleur. une planète: pluton, berçant les peurs, chantant les tambours d'outres tombes, propageant doutes abyssaux jusqu'à perdition ou résurrection. une émotion: l'apathie, la belle ironie. animal totem: le serpent, charisme inquiétant, regard impénétrable et mystérieux, grand voyageur de l'entre deux: destruction et construction, vie et mort. un mot: destiné, l'inévitable. un vêtement: un chapelet. un verbe: décimer. une heure de la journée: les douze coup prévoyant l'heure fatidique du crime. un défaut: inhumain. un des 7 péchés: l’orgueil. une erreur de jeunesse: exister. une senteur: cendres d’opopanax. |

indépendant
apathique
composé
manipulateur
détaché
impassible

contrat de logement
envie de vivre en location: oui. à l'olympus complex depuis: deux ans. level de sociabilité: 75%. quel type de voisin êtes-vous: le type un peu trop sympa et serviable, tant social que respectueux de l'intimité de chacun, organisé, propre et assez souvent de passage. êtes-vous riche ou dans la normale: aisé. vous engagez-vous à respecter les règles de l'o.c: en théorie.  
le moyai officiel | feat. kim sekjin
edgylord666, le retour du mess
Guest
avatar

Invité

Re: là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 21:23
citer éditer supprimer
+1

nsfw j'imagine, c'est pas pour les faibles cœurs
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t793-slow-suicide http://last-night-story.forumactif.com/t810-yoo-sehyun-close-up-the-hole-in-my-vain#18540 http://last-night-story.forumactif.com/t808-yoo-sehyun http://last-night-story.forumactif.com/t809-053-8503-yoo-sehyun
— emménagement le : 02/07/2018
— courriers : 658
— pseudo : Dawn
— avatar : min yoongi
— billets : 5
— autres comptes : han yunxu (lucas) ,hiiragi yuri (shuhua) & kwon levi (ten)
— âge : 24 ans
— occupation : photographe à l'innovation maladive.
— côté cœur : le souffle éteint effleurant constamment ses sens, un coeur enchaîné pour l'éternité à un amour déchu.
— résidence : dionysos
— appartement n° : d319.

Re: là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 21:24
citer éditer supprimer
jtm jtm jtm jtm jtm
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1307-3am-at-the-end-of-t http://last-night-story.forumactif.com/t1322-songbreaths-daw http://last-night-story.forumactif.com/t1318-im-daw http://last-night-story.forumactif.com/t1323-053-0115-im-daw http://last-night-story.forumactif.com/t1324-im-dwn-im-daw#33799
— emménagement le : 04/09/2018
— courriers : 175
— pseudo : heimao
— avatar : chae hyungwon - kelly
— billets : 294
— autres comptes : han baozi (komatsu nana) & ashina chiaki (nakamoto yuta) & hae ilhoon (lee jihoon) & huang xiao lu (zhong chenle)
— âge : vingt-trois hivers à baisser les yeux sur le macadam, naissance remis en cause par les autres dans une violence douloureuse.
— occupation : se donner une raison d'exister, fantôme entre les étagères, ses doigts parcourant les livres cherchant des histoires avec de meilleures fins que la sienne. âme errante à la librairie chronos, l'emprise du temps moins forte entre ces murs.
— côté cœur : solitude quémandée, le coeur brisé bien trop de fois pour espérer encore. de ces amours à sens unique pour s'être cru un jour méritant de ce sentiment trop pur.
— résidence : artémis
— appartement n° : aile ouest - suite T545 (cinquième étage)

Re: là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 21:24
citer éditer supprimer
i love u so much o m g
i was so ready for aza
-nope-


rebienvenue babie
ily

_________________


"you" have been a hundred different people. you always break my heart. — ashe vernon
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
— emménagement le : 12/09/2018
— courriers : 40
— pseudo : michiru
— avatar : woo jiho + dandeliondesign
— billets : 0
— autres comptes : Wang Kuan Ti
— âge : 27 ans.
— occupation : Agent.

Re: là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 22:15
citer éditer supprimer
ohmondieu jiiin
ce prenom est fabuleux jsuis amoureuse
j'ai hate de lire la suite punaise dkizeboeifhzoirhforzf
bienvenuuuuue
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t421-chul-hei-i-m-a-lost- http://last-night-story.forumactif.com/t436-chul-hei-love-you-so-bad http://last-night-story.forumactif.com/t435-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t445-053-0514-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t444-mn_chlh
— emménagement le : 19/05/2018
— courriers : 846
— pseudo : loreleii
— avatar : lee minhyuk (monsta x) + strparadise
— billets : 115
— autres comptes : ueda hiro (bobby) ; im yuna (choerry) ; hae huifan (the8) ; chen zhifeng (park jisung)
— âge : twenty-five yo feeling so wrong.
— occupation : styling models' hair but still working at hypnos – hairdresser.
— côté cœur : six feet under. would roses bloom again?
— résidence : aphrodite.
— appartement n° : f327 - 3è étage

Re: là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 22:38
citer éditer supprimer
cette fiche : pure gold??
ose dire encore que ta plume c'est rien msfkmdfd
azaël (ce prénom excuse u) est captivant af... je m'en approcherais pas irl, mais il est fab' o m g
i'm in total love sorry
(ici fengshui tho <3)

rebienvenue avec jin bb
hâte de lire le reste !!

_________________

Two stars in a cosmic bust, We've fallen but we still trust the sky To pull us back into line. (nomad ; fleurie)

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t19-gimme-more http://last-night-story.forumactif.com/t121-nam-jeno-into-the-night-you-ll-fall#844 http://last-night-story.forumactif.com/t122-nam-jeno#854 http://last-night-story.forumactif.com/t123-053-4291-nam-jeno http://last-night-story.forumactif.com/t124-justjeno#864
— emménagement le : 11/04/2018
— courriers : 1833
— pseudo : radio waves ┅
— avatar : jung jaewon © myself.
— billets : 155
— autres comptes : siwan le fou. [☆]
— âge : vingt-quatre années à faire l'enculé.
— occupation : héritier de la famille nam en faisant un coup de pute à son frère, model, instagramer.
— côté cœur : l'autopsie de son cœur révèle un poster de la tête de hua.
— résidence : la meilleure résidence aka la résidence athéna, jeno il a pas votre temps.
— appartement n° : appartement a513, étage n°5.
sailor mars

Re: là où les lumières se perdent    Jeu 11 Oct - 23:31
citer éditer supprimer
ouinnnnnnnnnn le pseudo jin je
ta plume est toujours aussi belle snif
rebienvenue, le caractère d'azaël oh god

_________________
Spoiler:
 
Invité
avatar

Invité

Re: là où les lumières se perdent    Ven 12 Oct - 11:34
citer éditer supprimer
mais qu'est ce que t'es beau toi
et quelle belle plume !
rebienvenue
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t82-orage-exotique http://last-night-story.forumactif.com/t151-im-bora-orage-exotique http://last-night-story.forumactif.com/t238-im-bora http://last-night-story.forumactif.com/t153-053-3028-im-bora
— emménagement le : 24/04/2018
— courriers : 3690
— pseudo : wildblumen
— avatar : krystal -- kane.
— billets : 154
sailor venus

Re: là où les lumières se perdent    Ven 12 Oct - 12:24
citer éditer supprimer
je crois que je suis amoureuse
rebienvenue à toi beauté, en plus avec jin
full love OUIN
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t56-tae-call-out-my-name http://last-night-story.forumactif.com/t89-kang-tae-hyun-music-to-watch-boys-to http://last-night-story.forumactif.com/t90-kang-tae-hyun http://last-night-story.forumactif.com/t104-053-1036-kang-tae-hyun http://last-night-story.forumactif.com/t109-subaeris
— emménagement le : 11/04/2018
— courriers : 2472
— pseudo : electric heart
— avatar : kji + kane ♥
— billets : 457
— autres comptes : im jihyun (jung jaehyun)
— âge : vingt-trois longues années baignées dans la richesse et le bonheur, l'or et l'allégresse
— occupation : blogueur, youtubeur, influencer de la nouvelle génération
— côté cœur : trop bon trop con, confiance accordée trop vite et un coeur détruit, garçon peiné aimant encore celui qui l'avait brisé.
— résidence : fils d'une grosse fortune, logement adéquat adaptée à son nom, il fait partit de l'élite résidant à aphrodite
— appartement n° : f537
sailor moon

Re: là où les lumières se perdent    Ven 12 Oct - 12:34
citer éditer supprimer
rebienvenue par ici !!

cette fiche??? cette plume??? CE PERSONNAGE????

j'aime tout de A à Z courage pour ce qu'il te reste à faire, j'ai hâte de (re)lire ta fiche une fois finie

_________________
KEEP ON HAUNTING ME

ANAPHORE
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
— emménagement le : 13/09/2018
— courriers : 46
— pseudo : rainy, chaotic.evil
— avatar : jung hoseok.
— billets : 7
— autres comptes : park noah (lee mark) & lim haewan (jungwoo).
— âge : vingt-trois ans.
— occupation : mécanicien automobile avec un retour aux études dans le domaine du génie robotique.

Re: là où les lumières se perdent    Sam 13 Oct - 3:50
citer éditer supprimer

_________________

it's okay to not
have it figured yet
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t20-jang-hea-wasted-times http://last-night-story.forumactif.com/t98-jang-hea-s-e-e-s-a-w http://last-night-story.forumactif.com/t96-jang-hea#9690 http://last-night-story.forumactif.com/t100-heaj
— emménagement le : 14/04/2018
— courriers : 922
— pseudo : urmom
— avatar : kh+ clem ma femme
— billets : 66
— autres comptes : hylan and huan sweeties
— âge : twenty-three, a riddle.
— occupation : héritière, échec ambulant, instagram shitposter et femme au foyer.
— côté cœur : l'anneau sacré au doigt. le cœur tourmenté par les dérives d'une brune.
— résidence : athéna.
— appartement n° : étage 3 - appartement A305
sailor mini moon

Re: là où les lumières se perdent    Sam 13 Oct - 10:52
citer éditer supprimer
bienvenue et courage pour la suite de ta fiche

_________________

_________________

✩✭✫✮ mood by moon
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t792-spleen-et-ideal http://last-night-story.forumactif.com/t801-ike-janya-teen-idle#18145
— emménagement le : 02/07/2018
— courriers : 182
— pseudo : rey. (cami)
— avatar : lee ji eun. (mittwoch)
— billets : 0
— autres comptes : jang hua (irene) ☽ lai zuri (jennie) ☽ no miwa (joy)
— âge : vingt-deux années célébrées dans l'assourdissant silence, sans la moindre fumée émanant des traditionnelles bougies.
— occupation : enseigne la langue japonaise aux gamins turbulents le jour, tandis que c'est le guichet du cinéma local qui lui tient compagnie le soir venu.
— côté cœur : ignorante muse dont les courbes s'accentuent à chaque coup de pinceau.
— résidence : dionysos.
— appartement n° : a321 — é3.

Re: là où les lumières se perdent    Ven 19 Oct - 22:54
citer éditer supprimer
besoin d'un délai @ishan azaël ?

_________________
entre ce que je vois et dis, entre ce que je dis et tais, entre ce que je tais et rêve, entre ce que je rêve et oublie, la poésie.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t20-jang-hea-wasted-times http://last-night-story.forumactif.com/t98-jang-hea-s-e-e-s-a-w http://last-night-story.forumactif.com/t96-jang-hea#9690 http://last-night-story.forumactif.com/t100-heaj
— emménagement le : 14/04/2018
— courriers : 922
— pseudo : urmom
— avatar : kh+ clem ma femme
— billets : 66
— autres comptes : hylan and huan sweeties
— âge : twenty-three, a riddle.
— occupation : héritière, échec ambulant, instagram shitposter et femme au foyer.
— côté cœur : l'anneau sacré au doigt. le cœur tourmenté par les dérives d'une brune.
— résidence : athéna.
— appartement n° : étage 3 - appartement A305
sailor mini moon

Re: là où les lumières se perdent    Sam 20 Oct - 21:38
citer éditer supprimer
pas de nouvelles, j'archive

_________________

_________________

✩✭✫✮ mood by moon
Contenu sponsorisé


Re: là où les lumières se perdent   
citer éditer supprimer
 
là où les lumières se perdent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les USA perdent la guerre en Irak
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» Enfermé dans un cercueil par des voleurs...
» Selon la bête, la clochette
» Bad moonz - impression

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: proceed to the contract :: 04. présentations :: les voyageurs-
Sauter vers: