bienvenue sur lns, un forum city de type résidence. chaque appartement est en colocation pour faciliter la création de liens. l'action se déroule dans la ville de séoul, en corée du sud. le forum a ouvert le 27 avril 2018. 7 jours sont accordés pour terminer la fiche. deux rp demandés tous les mois, merci de faire un effort sur l'orthographe. pas de lignes minimum, lns privilégie les réponses courtes.
sample35 

taehyun

sample35

jeno

sample35

bora



 

 ( light up your heart ) - sungyoon

Aller en bas 

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t421-chul-hei-i-m-a-lost- http://last-night-story.forumactif.com/t436-chul-hei-love-you-so-bad http://last-night-story.forumactif.com/t435-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t445-053-0514-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t444-mn_chlh
— emménagement le : 19/05/2018
— courriers : 846
— pseudo : loreleii
— avatar : lee minhyuk (monsta x) + strparadise
— billets : 115
— autres comptes : ueda hiro (bobby) ; im yuna (choerry) ; hae huifan (the8) ; chen zhifeng (park jisung)
— âge : twenty-five yo feeling so wrong.
— occupation : styling models' hair but still working at hypnos – hairdresser.
— côté cœur : six feet under. would roses bloom again?
— résidence : aphrodite.
— appartement n° : f327 - 3è étage

( light up your heart ) - sungyoon    Mer 10 Oct - 12:24
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

quant tout lui semble devenir plus sombre au fil des jours, que les nuits ne le reposent plus assez, refusant les bras de morphée pour mieux se tourmenter. quand il voudrait abandonner, que tout s’en va, ses rires sa joie, il espère toujours recevoir un signe quel qu’il soit. une étoile filante à travers les carreaux, le son des sirènes au loin ou juste une notification, un rien toujours suffit, pour lui rappeler ce que son cœur ne voit plus – que sa vie n’est pas si terrible, qu’il a tout pour y sourire, un job, des amis. mais un rien toujours suffit, pour lui rappeler qu’il se la gâche aussi, cette putain de belle vie. il l’a rendu horrible et au milieu de ses pulsions, quelques jours auparavant, il l’a reçu : son plus grand signe. il n’y a même pas cru les premiers temps, puis d’une impulsion qu’on lui connait, il s’est lancé sans réfléchir. il lui a demandé de ses nouvelles en lui proposant un jour et un lieu, car s’il ne le faisait pas dans l’heure, il se serait défilé. (il aurait mieux réfléchi en lui épargnant sa vile compagnie, mais la vérité, c’est qu’il lui a toujours manqué.) ils étaient amis après tout, avant et la vérité, c’est qu’il aurait dû tout lui donner et qu’il s’est foiré. il ne mérite même pas son attention, mais sa réponse a eu l’effet d’un électrochoc assez fort pour le réveiller et évanouir ses doutes. puis le jour j est arrivé, aujourd’hui et la panique s’est emparé de lui. la peur, ensuite. les mois ont passé depuis leur dernier face à face et il n’était pas aussi plaisant qu’on le voudrait. chul hei pourtant, ne s’est jamais complètement effacé de la vie du photographe. des messages laissés quelques fois sur les réseaux sociaux, trop rares et des semblants de contact gardé entre deux hommes occupés. il ne voulait pas que ça arrive, lui. il ne voulait pas de cette déchirure et c’est pourquoi il veut tenter de recoller ce qu’il peut. il y a des fragments du passé qu’il ne veut pas repousser, ni oublier.

il est en retard et il se maudit d’avoir changé dix fois de tenue pour finir avec la simplicité d’un jean et d’un pull blanc. ridicule, mais c’est dix minutes de trop et il espère que son rendez-vous ne soit pas déjà parti. tout ça ne tient déjà qu’à un fil… un fil fragile et tendu qui pourrait lâcher à tout moment. il en est conscient, du moins à moitié. au fond, il ne sait pas ce que sungyoon en pense – de lui et d’eux. et s'il compte lui dire d’arrêter et d’oublier son existence ? chul hei s’est peut-être précipité pour se prendre une claque, mais il y fonce quand même. il l’aperçoit à l’entrée du parc et son cœur accélère, il bat, c'en est presque troublant, mais il s’avance vers lui le pas confiant avec un sourire discret qu’il ne peut s’empêcher de porter. « hey… hi, yoon. » le diminutif qui passe ses lèvres avant de pouvoir le contrer et il se rattrape en changeant de sujet. « je suis en retard… désolé, j’espère que tu n’as pas trop attendu. » il se triture un peu la lèvre avant de continuer, instinct de survie pour ne pas qu’il s’enfuit, mais il ne sait pas si trop parler est mieux que le silence dans leur cas. c’est tout de même grâce à lui qu’ils sont là cet après-midi, mais il galère à penser correctement et ses émotions s’emmêlent. trop se rencontrent quand il le regarde. « je suis content que tu sois venu, um… tu vas bien ? » il déteste cette question et déteste qu’on la lui pose, mais elle est sincère à travers lui. il ne sait pas de quelle façon, mais il aimerait rattraper les choses, rattraper le temps. « tu restes longtemps en corée ? monsieur l’aventurier. » tentative d’humour, mais le ton est plus terne que prévu car, qu’il le veuille ou non, la distance s’est creusée. et leurs yeux sont tristes.

(c) SIAL ; icons sial



_________________

Two stars in a cosmic bust, We've fallen but we still trust the sky To pull us back into line. (nomad ; fleurie)

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1609-orange-colored-sky- http://last-night-story.forumactif.com/t1612-come-along-with-me-sungyoon http://last-night-story.forumactif.com/t1611-woo-sungyoon#39431 http://last-night-story.forumactif.com/t1613-053-2005-woo-sungyoon#39435 http://last-night-story.forumactif.com/t1614-apocalypsedreams#39449
— emménagement le : 08/10/2018
— courriers : 120
— pseudo : breastmilk
— avatar : yoo kihyun + moi (avatar) powell, vocivus (icons)
— billets : 15
— autres comptes : herbert hyunjin + suryana clara + chae hyunseong
— âge : 25 ans
— occupation : souvent photographe documentaire, parfois photographe tout court
— côté cœur : xDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD bref
— résidence : i live in a tent i don't even have a fucking address

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Mer 10 Oct - 23:02
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

ses mains tremblent tout le long, vibrent comme la notification qui s’affiche sur l’écran de son téléphone. elles tremblent toujours lorsqu’il s’en saisit pour lire puis répondre, le battement de son cœur changeant de rythme en même temps que les lettres qui apparaissent, puis s’effacent et resurgissent incessamment. "désolé, j'ai un truc à préparer" "je passe la journée avec mes parents" "je suis tombé malade"

retour en arrière, écran vierge, puis finalement,

"d’accord, je suis dispo"

les lettres sont immobiles, immortalisées dans la bulle qui rejoint le reste de la conversation, mais ses doigts sont toujours loin d’être aussi stables. ils vacillent encore, chaque fois qu’il y repense – à ce qui va venir, mais aussi à ce qui est déjà passé – puis lorsque le jour j arrive, phalanges maladroites tentant de boutonner sa chemise à plusieurs reprises, en vain, de quoi faire monter son anxiété un peu plus.

étrangement, elles ne retrouvent un semblant de stabilité qu’une fois arrivé au lieu de rendez-vous, non pas par acceptation de ce qu’il s’apprête à affronter, mais grâce à la familiarité des formes de sa caméra qu’il emporte partout, comme un porte-bonheur, presque un doudou qui lui redonne de la force et tait ses peurs. il ne pense pas à celles-ci alors que son doigt est posé sur le bouton, son anxiété calmée par sa respiration qu’il se force à maitriser pour ne pas déranger la horde de pigeons qu’il tente de photographier.

pourtant les frissons reprennent, le font frémir comme l’intérieur d’un violon dont on a pincé les cordes les plus sensibles.
il y a sa voix qui résonne encore au fond de lui, distincte et inoubliable mais pourtant différente, presque déchue, réduite à des salutations maladroites au lieu de toutes les promesses d’éternité auxquelles elle l’a habitué. et son visage, incrusté à jamais dans son esprit, bien qu’il ne le voit plus qu’à travers l’écran de son téléphone, lorsqu’il ne scroll pas assez vite pour l’éviter.
il est là, en chair et en os, monument du passé toujours aussi imposant et avec lui reviennent les regrets, d’avoir accepté, d’être venu, de s’être disputé avec lui la première fois et de ne pas avoir été assez présent pour lui et il n’aurait pas du faire ça et c’est sans doute pour ça que c’est fini – une rafale de pensées qu’il n’arrive pas à empêcher, c’est plus fort que lui.

seul le roucoulement de ses amis pigeons l’en extirpe, mais il reste tout de même accroupi là, observant l’homme s’approcher de lui comme une proie et son prédateur, attendant le bon moment pour s’enfuir. sungyoon ne le fait pas. à la place, il se redresse, dépoussière son pantalon et répond d’un signe de la main, même s’il se tient juste devant lui. il songe l’espace d’un instant à avancer vers lui, lui faire la bise ou peut-être le serrer dans ses bras, combler ce besoin de plus qui se manifeste toujours en sa présence. mais il s’en retient, parce que ce n’est sans doute plus permis entre eux, et sa main ouverte se fane tristement, salutation inachevée comme les pulsions qu’il réprime sans cesse.

« hey… ça fait longtemps. » précision inutile, qui ne fait que remuer le couteau dans la plaie. la faute à qui ? à lui, bien sûr. à dora l’exploratrice devenue casper le fantôme, trop occupé à faire le tour du monde pour donner signe de vie – c’est ce qu’il aime prétendre, du moins. « t’inquiète, j’ai trouvé de quoi m’occuper en attendant. » il indique rapidement les pigeons indifférents à leur présence, un sourire sincère aux lèvres. son amour pour les animaux aura au moins eu le mérite de lui faire développer un attachement émotionnel à ces volatiles assez puissant pour lui faire oublier momentanément l’anxiété de l’attente. « ça va, tranquille. et toi ? » sa réponse est brève et il s’en mord immédiatement les lèvres. ce n’était pourtant pas intentionnel, sungyoon n’a pas grand-chose à dire, si ce n’est qu’il mène toujours la même routine qu’à chaque fois qu’il rentre, mais il a l’impression de mettre encore plus de distance entre eux.

il rit au titre qu’il lui attribue, hausse les épaules d’un air incertain avant de répondre. « ouais… quelques semaines, peut-être un mois, ou plus, je sais pas vraiment. » sungyoon ne peut jamais répondre à cette question avec certitude, sa vie est un long fleuve dont le cours est imprévisible et il se laisse simplement emporter. « probablement plus longtemps que d’habitude. je prépare un truc, donc… je serai là jusqu’à ce que ce soit fini. » il acquiesce, puis entreprend de regarder les photos prises de ses pigeons pour se distraire du silence gênant. sa réponse s’est faite sans plus de précisions, un truc dont il ne dit pas plus – tentative inconsciente d’attirer l’attention de chulhei, voir s’il s’intéresse suffisamment à lui pour lui demander des détails. il se pousse néanmoins à rajouter un « eeet toi ? tu racontes quoi ? » maladroit, ne serait-ce que par politesse.


(c) SIAL ; icons sial



_________________
/ / / / /
( I bet on losing dogs )
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t421-chul-hei-i-m-a-lost- http://last-night-story.forumactif.com/t436-chul-hei-love-you-so-bad http://last-night-story.forumactif.com/t435-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t445-053-0514-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t444-mn_chlh
— emménagement le : 19/05/2018
— courriers : 846
— pseudo : loreleii
— avatar : lee minhyuk (monsta x) + strparadise
— billets : 115
— autres comptes : ueda hiro (bobby) ; im yuna (choerry) ; hae huifan (the8) ; chen zhifeng (park jisung)
— âge : twenty-five yo feeling so wrong.
— occupation : styling models' hair but still working at hypnos – hairdresser.
— côté cœur : six feet under. would roses bloom again?
— résidence : aphrodite.
— appartement n° : f327 - 3è étage

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Jeu 11 Oct - 22:13
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

sans doute pensait-il ne pas le trouver. sa hâte l’a rendu anxieux mais le voir là, absorbé par une quelconque scène à immortaliser, a amplifié son état par deux. une illusion du passé qui le prend en traître, le glace sur-place lorsqu’il ne voit qu’un grand sourire se tourner vers lui, ses yeux en croissants, fier de sa prise. il aimait ses photos – les aime toujours, à distance. il aimait son optimisme et ses piques taquines, il aimait tellement de lui, avant – toujours, car l’affection ne disparaît pas si aisément. et il est sûrement trop usé pour avoir la force de le nier. il était plus rayonnant que celui avec qui il l’a remplacé, mais cette pensée éclate aussitôt la bulle et la cruelle réalité s’impose.

il ne sait pas où ranger ses mains, alors il les cache au fond de son jean et deux secondes plus tard, il est face à lui. leurs sourires communiquent et l’autre a l’air calme, lucide pendant que lui peine à aligner trois mots sans tourner sa langue sept fois. il se voit rassuré et jette un œil vers les oiseaux plus loin, ceux pour qui il sourit tant. « tranquille » et il rit poliment. c’est bref, distant. rassurant ? il ne sait pas vraiment – « ça va. » – il ne sait rien du tout, pas même le pourquoi du comment. si ce n’est pour se revoir, où voudrait-il que ça les mène ensuite ? sungyoon finira par s’éloigner à nouveau et ça le pousse à poser la question. combien de temps ? et la réponse le rend un peu plus confus. son cœur lui, parle bien mieux à sa place et il aimerait bien le mettre en veilleuse. « oh. d’accord. » il cache mal sa déception, mais la suite anime un peu d’espoir au fond de ses yeux noirs. « un truc ? je peux demander ce que c’est ? le boulot ? » il désigne l’appareil photo du doigt, curieux de savoir quel genre de projet peut bien le retenir au pays. un truc long il espère, égoïstement. même s’il ne sait toujours pas comment gérer leur situation.

il choisit de se laisser porter par le vent et d’un pas sûr, il les attire vers l’intérieur du parc où les couleurs sont toujours vives en cette saison. s’il préfère voir les arbres en fleurs, ce spectacle ne lui déplait pas non plus et son sourire est grand lorsqu’il marche sur un tas de feuilles mortes. « hmm… sunhee a grandi, tu serais surpris. » sa douce chienne que le garçon a connu jusqu’à l’âge de six mois. il est sans doute le mieux placé pour connaître son amour éternel envers les animaux et parler d’elle est plus facile que le reste. sujets esquivés avec finesse. « j’me suis fait virer y’a six mois, mais je bosse ailleurs. je n’étais pas en tort. » qu’il précise à l’avance comme s’il s’attendait à une remarque. sungyoon est bien là à côté, plus réel que dans ses rêves, plus atteignable que derrière un écran et sa voix bon sang, ça faisait longtemps, oui si longtemps. « rien d'intéressant, sinon. » il pose les yeux sur lui, son visage qu’il observe sans discrétion et ses doigts se souviennent des sensations. difficile, hélas, de le revoir comme un ami après ça. (il le faut bien, pourtant) ; difficile de ne pas y penser, de s’empêcher tout contact déplacé et il détourne les yeux.

(c) SIAL ; icons sial



_________________

Two stars in a cosmic bust, We've fallen but we still trust the sky To pull us back into line. (nomad ; fleurie)

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1609-orange-colored-sky- http://last-night-story.forumactif.com/t1612-come-along-with-me-sungyoon http://last-night-story.forumactif.com/t1611-woo-sungyoon#39431 http://last-night-story.forumactif.com/t1613-053-2005-woo-sungyoon#39435 http://last-night-story.forumactif.com/t1614-apocalypsedreams#39449
— emménagement le : 08/10/2018
— courriers : 120
— pseudo : breastmilk
— avatar : yoo kihyun + moi (avatar) powell, vocivus (icons)
— billets : 15
— autres comptes : herbert hyunjin + suryana clara + chae hyunseong
— âge : 25 ans
— occupation : souvent photographe documentaire, parfois photographe tout court
— côté cœur : xDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD bref
— résidence : i live in a tent i don't even have a fucking address

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Ven 12 Oct - 3:23
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

il est comme un gosse dont le cerveau a besoin d’être constamment occupé pour le distraire de tout ce qui pourrait lui faire du mal. sauf que lui, les dangers qui le guettent ne sont ni les coins de meubles ni les paires de ciseaux oubliées sur une étagère, mais les recoins de son esprit qui feraient mieux de demeurer inexplorés. ce sont ceux qui recèlent tous les regrets, tous les maux, toutes les anxiétés qui le feraient fuir sans hésiter et qui, peu importe à quel point il tentait de les retenir, s’échappent dès que son démon surgit.

pourtant, il tient plus de l’angélique. sungyoon se sent stupide de penser ça, même réflexion qui traversait son esprit chaque fois qu’il le voyait – époque censée être révolue, terminée. il ne sait pas si les palpitations qui animent son cœur en sont des vestiges, ou juste des signes de son anxiété. il ne veut pas savoir, il a eu tout le temps d’y réfléchir, de cogiter dessus en examinant le moindre de se sentiments et tentant de mettre des étiquettes dessus. maintenant qu’il est là, face à lui, tout son travail fout le camp. il ne reste plus que le brouillard dans lequel il le plonge chaque fois qu’il est contraint de se rappeler son existence – autrefois leur existence, commune et intrinsèquement liée.

ça va. tout va bien et, inconsciemment, sungyoon inspire un grand coup, emplit ses poumons d’assez de force pour continuer la conversation et survivre au reste de la rencontre. il n’y parvient pas, comme le trahissent ses réponses brèves, comme s’il n’avait pas le souffle de les rendre plus longues. il s’efforce tout de même à être un peu plus bavard, peu satisfait par le froid qu’il laisse accidentellement entre eux en étant secret. « ouais, en quelques sortes… » la curiosité de chulhei l’encourage à en parler, mais en même temps, sa propre timidité le freine. « je prépare une exposition. » c’est dit presque honteusement, parce qu’il regrette de ne jamais lui en avoir parlé en personne. même les posts sur ses réseaux sociaux à ce sujet étaient rares – voire inexistants – tellement c’est important pour lui. presque aussi important que chulhei l’a été, un jour. « ça fait un moment que j’y pense, et je vais enfin le faire – là, sa voix craque un peu, dépassée par l’enthousiasme qui le rattrape dès qu’il se rappelle qu’un de ses rêves est sur le point de se réaliser – mon père a cherché pas mal d’endroits quand j’étais pas là, mais on a à peine trouvé une galerie sympa y a genre, quelques semaines ? maintenant je dois faire imprimer mes photos, envoyer des invitations, faire la promotion et tout… super crevant, mais ça en vaudra la peine. j’espère. »

à peine le flots de paroles achevé qu’il le regrette déjà. sungyoon en a trop dit d’un coup, il n’aura plus de quoi alimenter le reste de la conversation. si seulement il n’y pensait pas autant. « tu, euh… – la panique de ne plus rien avoir à dire le force à s’exprimer encore une fois, sans réfléchir – tu viendras voir aussi ? » il culpabilisait de ne pas lui avoir dit plus tôt, mais maintenant que c’est fait, il le regrette. sungyoon n’est même pas sûr de survivre à cette journée, encore moins d’être capable de le revoir. il se rassure en se disant qu’il sera sans doute assez occupé par les critiques et potentiels clients pour éviter d’avoir à lui parler, et s’évite de penser à tout le stresse qui l’écrasera ce jour-là en demandant à chulhei de s’exprimer à son tour. le simple prénom qu’il mentionne suffit à l’apaiser et si lui aussi était un chien, ses oreilles se seraient dressées haut en l’entendant. « oh, sérieux ? elle est toujours aussi mignonne, j’imagine. » intérieurement, il fond un peu en repensant à ses yeux brillants et sa queue courbée qui ont refait plusieurs de ses journées. « elle perd toujours la tête à chaque fois que tu rentres ? » il rit tout bas, souvenirs des aboiements surexcités de la bête – et de la fois où elle l’a violemment renversé en lui sautant dessus avec un enthousiasme excessif. des bribes du passé, détails minuscules de leurs journées ensemble qui lui reviennent petit à petit, reconstituent le puzzle qu’il avait brisé dans son chagrin pour s’efforcer d’en oublier l’image.

à y penser, sungyoon se sent lourd, et il baisse la tête. il aurait du se douter que ça ne ferait que rouvrir les plaies, au lieu de se persuader que c’était un moyen d’aller vers l’avant. il acquiesce pourtant, tente de se concentrer sur les récits du présent de son ami pour éviter de trop penser au passé. « ah, ça craint. enfin, tant que tu te sens mieux là où tu es maintenant– » sa voix s’éteint progressivement et ses mots restent suspendus, comme inachevés alors qu’il en réalise le double sens.  là, il ne peut s’empêcher d’y penser : est-ce que tout est mieux, maintenant ? est-ce qu’ils sont mieux, l’un loin de l’autre, menant des vies séparées sans tenter de les concilier à nouveau. la sienne semblait normale, paisible jusque-là, adaptée à ce changement qu’on lui avait imposé. mais c’était juste le confort de son absence – ironique, quand c’est elle qui cause toute sa peine – qui lui permettait de ne pas y penser. maintenant, la vérité est là, inévitable: il n’est pas mieux, c’est une évidence, comme un soleil aveuglant qu’il ne peut pourtant s’empêcher de fixer.

mais il est têtu, sungyoon, alors malgré tout il s’efforce de détourner le regard et le rive sur le viseur de sa caméra pour capturer le paysage qui les entoure. bel échappatoire, le seul qu’il a pour éviter de faire face à la réalité – et aux regards flatteurs de chulhei. autrefois, il aurait vite abandonné les feuillages pour le photographier à la place. il a longtemps été sa vue préférée, celle qui enjolivait tout le reste, à commencer par sa vie. il rendait tout tellement merveilleux. maintenant, il ne peut plus se permettre de le capturer ainsi, et chulhei n’a plus le droit d’exister que dans ses songes lointains, ceux dans lesquels son visage reste toujours la partie la plus nette. « alors, on va où ? » question stupide, il n’y a pas besoin d’itinéraire dans un parc, juste de profiter de la promenade. mais sungyoon ne s’en sent pas capable, et tout ce qu’il parvient à faire c’est tenter  d’interrompre le malaise par tous les moyens possibles en espérant qu’il ne dure pas plus longtemps.
 

(c) SIAL ; icons sial



_________________
/ / / / /
( I bet on losing dogs )
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t421-chul-hei-i-m-a-lost- http://last-night-story.forumactif.com/t436-chul-hei-love-you-so-bad http://last-night-story.forumactif.com/t435-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t445-053-0514-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t444-mn_chlh
— emménagement le : 19/05/2018
— courriers : 846
— pseudo : loreleii
— avatar : lee minhyuk (monsta x) + strparadise
— billets : 115
— autres comptes : ueda hiro (bobby) ; im yuna (choerry) ; hae huifan (the8) ; chen zhifeng (park jisung)
— âge : twenty-five yo feeling so wrong.
— occupation : styling models' hair but still working at hypnos – hairdresser.
— côté cœur : six feet under. would roses bloom again?
— résidence : aphrodite.
— appartement n° : f327 - 3è étage

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Lun 15 Oct - 18:58
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

ses pensées en constante ébullition devant le jeune homme, des occasions qu’il peine à saisir et finalement, c’est un peu trop distant. différent de ce qu’ils ont pu connaître, différent de ses souvenirs, mais il ne devrait pas être surpris. oh chulhei. il répond par automatisme et même s’il y a des rires, le malaise est palpable. il est plus doué que ça pour dissiper les froids, d’habitude. quand il n’a rien à se reprocher et que la personne est un étranger, hélas, ce n’est ni l’un ni l’autre. sungyoon lui parle de son projet et sa surprise est réelle quand il y réagit. « une expo, vraiment ? » à moins que sa mémoire ne lui fasse défaut, il n’a jamais émis l’idée devant lui et ça ne fait que lui rappeler le silence radio. c’est normal qu’il n’en sache rien, il a perdu ce droit il y a longtemps. « c’est une belle opportunité, j’suis content pour toi ! » il aurait bien ajouté sa hâte d’y assister, mais il retient son enthousiasme. ce n’est pas aussi simple qu’il le pensait il y a quelques jours et d’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’il a paniqué ce matin. alors, quand il l’invite, il tourne la tête si vite vers lui qu’il a senti sa nuque craquer. « qu- … oui ? » incertain d’avoir bien entendu le plus jeune – de deux semaines à peine – il torture sa lippe quelques secondes avant de se reprendre. « ça me plairait… oui. » léger regain d’espoir et son sourire le rendrait presque stupide, si on le regardait.

le sujet change et l’attention se voit portée sur lui-même, une grimace pour première réponse et il finit par trouver quoi dire – naturellement, au souvenir de ce qui les lie encore sans risquer le dérapage. sunhee, une compagnie qui l’a aidé plus qu’on ne peut le penser. « yes, elle est toujours aussi … vive, plutôt affectueuse ? mais elle est devenue calme, à croire qu’elle tient de t- » il se coupe et s’éclaircit la gorge pour laisser le passé s’éteindre avec sa voix, ses regrets déjà aux portes de son cœur sans défense. il le sent arriver, l’instant où elles cèderont. peu importe l’infinité de leurs anecdotes présentes, il ne peut bloquer les images qui reviennent par bribes, les sons et les odeurs à commencer par celle de son parfum… il l’a changé, mais ça ne le rend pas plus repoussant. c’est troublant. ça le blesse, malheureusement. et il ne se sent pas mieux où il est, maintenant. on dit qu’on apprend de ses erreurs, qu’elles sont humaines et qu’elles nous forgent, mais il aurait préféré en éviter les conséquences. alors il baisse les yeux et laisse le silence les éloigner un peu plus, si possible, le temps de se faire une raison. le passé n’est pas rattrapable, il l’a déjà deviné avec son meilleur ami et ça continue, aujourd’hui. l’impression de foirer sa vie et celles des autres, de n’être qu’une tâche dont ils devraient se débarrasser, mais qui se fait tenace. elle s’accroche, désespérément jusqu’à ce qu’on réussisse à l’effacer. la perfection ne s’atteint pas avec lui, car il en est l’antonyme – c'est ce qu'on lui a répété, avec subtilité.

c’est pourtant facile de le regarder, se souvenir des caresses et des confidences au creux de la nuit. tant de petits détails qui le sortent du noir et de ses cauchemars lorsqu’ils le rattrapent au réveil. qui le raccrochent à quelque chose de bien, même si c’est douloureux au bout. il est surpris à l’intervention de son ami, mais ça lui permet de se ressaisir et de prendre un peu plus les devants. franchement, il n’a plus rien à perdre et c’est avec un effort étrange, le cœur battant, qu’il s’arrête devant sungyoon pour lui couper la route. « par-là. » il lui indique sa gauche avec un sourire d’enfant. « vers la rivière, c’est joli. » il effleure l’appareil photo du bout des doigts pour ne pas les poser ailleurs. dans son élan d’excentricité retrouvée, il décide de marcher à reculons pour faire face au garçon. c’est plus simple d’y chercher son regard, même s’il ne le croise pas vraiment. drôle de moment pour trouver le courage de parler et les mots sortent sans qu’il n’ait le temps d’y penser, ou de les regretter. il suppose, qu’ils ne sont pas vraiment venus ici pour rien. « pourquoi ? je pensais que ce serait… à jamais comme c’était. le message était clair, mais t’as accepté de venir… et tu m’invites à ton expo… » il a peur de se tromper et si cette journée ne veut rien dire, il doute de pouvoir faire l’effort à nouveau. « tu me manques, yoon. » il s’arrête en pesant le poids de sa déclaration, panique à bord et il ajoute aussitôt : « j’aimerais qu’on essaie ? de rester amis. soyons honnêtes, on n’est plus grand-chose… et je ne veux plus laisser les choses comme ça. » une manière plutôt directe de vouloir briser la glace, peut-être trop, justement ?

(c) SIAL ; icons sial



_________________

Two stars in a cosmic bust, We've fallen but we still trust the sky To pull us back into line. (nomad ; fleurie)

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1609-orange-colored-sky- http://last-night-story.forumactif.com/t1612-come-along-with-me-sungyoon http://last-night-story.forumactif.com/t1611-woo-sungyoon#39431 http://last-night-story.forumactif.com/t1613-053-2005-woo-sungyoon#39435 http://last-night-story.forumactif.com/t1614-apocalypsedreams#39449
— emménagement le : 08/10/2018
— courriers : 120
— pseudo : breastmilk
— avatar : yoo kihyun + moi (avatar) powell, vocivus (icons)
— billets : 15
— autres comptes : herbert hyunjin + suryana clara + chae hyunseong
— âge : 25 ans
— occupation : souvent photographe documentaire, parfois photographe tout court
— côté cœur : xDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD bref
— résidence : i live in a tent i don't even have a fucking address

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Mer 17 Oct - 2:20
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

yoon. syllabe douloureuse arrachée au reste de son nom, propriété du jeune homme qui était le seul à l’appeler ainsi. sa voix est pénible lorsqu’il la prononce et ledit yoon doit lutter pour garder son calme malgré les frissons qu’elle déclenche, ses mains à présent plus tremblantes que les pigeons qui se dispersent au moindre mouvement. il se sent pourtant plus calme qu’il ne l’aurait cru, sans doute grâce au passage du temps et l’illusion d’être passé à autre chose qu’il créé. les blessures sont pourtant toujours là, se rouvrant une à une, leur douleur est simplement tue par son engouement envers l’exposition dont il partage sans hésitation les détails. « merci. ça fait longtemps que j’attends ça, je pensais pas être prêt mais je crois que c’est maintenant ou jamais. » et soudainement, les doutes reviennent sans prévenir, et les peurs se confirment – sungyoon n’est pas prêt à l’accueillir de nouveau dans sa vie. c’est clair dans la façon dont il l’invite avec hésitation, comme s’il espérait que la réticence dans sa voix le dissuade d’accepter. mais il savait d’avance que ça ne marcherait pas ; dès le début, lorsqu’il a suggéré la rencontre – et même avant, lorsqu’il tentait sans cesse de garder le contact même après les disparitions fréquentes de sungyoon, il essayait de retrouver la place qu’il avait volontairement abandonnée. chulhei désire quelque chose qu’il ne peut lui donner – reflet de leur relation, mais avec les rôles inversés, cette fois.

il ignore ce fait et répond simplement d’un sourire, sans insister sur le sujet, espérant que l’invitation soit rapidement oubliée. elle finit de toute façon ensevelie sous une autre conversation, les sujets changent constamment et fusent de partout, signe de tout le temps qu’ils ont perdu, tout le temps que sungyoon ne pense pas être capable de rattraper. au moins, la discussion est plus agréable cette fois-ci, il déteste toute sorte de souvenirs mais ceux liés à sunhee sont moins douloureux, malgré tous les bouts du passé qui s'y attachent. rien à faire. même ceux-là finissent ternis par les regrets qu'ils s'empêchent à peine d'exprimer. woosung rit maladroitement, puis baisse la tête. l'ambiance se fait trop lourde, presque insoutenable alors qu'il se remémore. des deux, il a toujours indéniablement été le plus calme, mais c’était en grande partie pour cacher la joie démesurée qui bouillonnait en lui chaque fois qu’il était en sa compagnie ou le voyait s’immiscer dans ses pensées. une allégresse pure, presque enfantine qui animait son corps et son esprit entiers et ne l’a pas visité depuis un moment. le sentiment lui manque – peut-être que chulhei aussi.

« tant mieux, alors, ça doit être moins fatigant pour toi, » répondit-il tardivement pour briser le silence. il demande où ils vont, espère que leur destination réussira à détendre la tension entre eux. lorsque chulhei lui coupe le chemin, il s’arrête net, yeux surpris et le cœur battant la chamade, « d’accord, va pour la rivière, sourire aux lèvres et il hausse les épaules, comme pour se débarrasser du poids qui pèse dessus en le voyant toujours face à lui, cherchant désespérément à croiser son regard fuyant, peut-être que je pourrai prendre d’autres photos pour mon expo. » ses mains retrouvent leur place sur sa caméra et son regard est déjà rivé vers le cours d’eau au loin mais, en réalité, il n’en a pas envie. c’est juste un prétexte comme un autre, le seul qui lui vienne en tête pour éviter d’avoir à faire face à chulhei.

pas d’échappatoire pour lui, c’est le blond qui le force à faire attention, plus insistant que jamais. sungyoon ne lui connaissait pas cette insistance, sa surprise n’en est que plus grande – et loin d’être agréable. il avait raison de s’attendre au pire, parce qu’à chaque mot qu’il prononce, ses mains deviennent un peu plus moites et son cœur bat plus rapidement. mais ce n’est pas comme avant, quand les palpitations faisaient transparaître le bonheur sur tous ses traits. cette fois, elles sont oppressantes, résonnent comme un gong qui sonne l’heure de sa fin. il se retrouve forcé de réexaminer ses motivations. peut-être que l’invitation ne s’était pas juste faite par politesse, qu’il voulait vraiment le voir à l’expo, le voir dans sa vie, même. peut-être que le temps n’a pas réussi à accomplir son devoir et le lui faire oublier. peut-être que ce dont il avait besoin, ce n’était pas du temps, mais de ça.

tu me manques, yoon.
encore cette putain de syllabe qui lui rappelle son appartenance, lui rappelle la marque qu’il a laissée sur lui et la fait brûler de nouveau, et une évidence qu’il aurait préféré ne jamais entendre à voix haute. parce qu’elle le ramène à lui, mais surtout parce qu’elle est réciproque. il déteste se l’admettre et maintenant, il ne peut plus se voiler la face. ses yeux sont contraints de voir la réalité et, de toute façon, il est trop stupéfié pour les détourner. la première partie de sa phrase lui broie les entrailles, son cerveau en ébullition s’imaginant déjà une suite désastreuse, mais le reste n’est pas tellement mieux. sungyoon l’écoute, il l’approuve, quelque part au fond il a envie de dire oui, qu’il veut que tout s’efface, que tout redevienne comme avant. mais il ne peut pas. les mots se nouent dans sa gorge, refusent d’en sortir, comme une princesse dont la malédiction est de ne pouvoir dire que la vérité. la sienne, c’est qu’il n’a pas encore réussi à lui pardonner.

« je… » c’est comme le dernier souffle d’un mourant, un balbutiement époumoné qu’il peine à faire sortir. sungyoon ne sait même pas ce qui va suivre, les mots lui manquent et en même temps beaucoup trop lui viennent en tête. il ne sait pas lesquels choisir, n’importe lesquels tant qu’ils peuvent le sortir de là. « je peux pas, je peux pas faire ça. » regard hébété, lèvres entrouvertes cherchant désespérément de l’air. telle est sa bouée de sauvetage, un aveu difficile qu’il regrette immédiatement. il ne réalise même pas le bien que ça lui fait de le dire. juste la culpabilité énorme, parce qu’il n’a pas pardonné à chulhei de l’avoir quitté, mais il ne s’est pas non plus pardonné lui-même d’y avoir réagi en le laissant à son tour. et c’est étouffant, alors tout ce qu’il peut faire c’est murmurer un « je vais y aller » fantôme et tourner les talons précipitamment, juste à temps pour ne pas le laisser apercevoir ses yeux humides de frustration.


(c) SIAL ; icons sial



_________________
/ / / / /
( I bet on losing dogs )
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t421-chul-hei-i-m-a-lost- http://last-night-story.forumactif.com/t436-chul-hei-love-you-so-bad http://last-night-story.forumactif.com/t435-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t445-053-0514-min-chul-hei http://last-night-story.forumactif.com/t444-mn_chlh
— emménagement le : 19/05/2018
— courriers : 846
— pseudo : loreleii
— avatar : lee minhyuk (monsta x) + strparadise
— billets : 115
— autres comptes : ueda hiro (bobby) ; im yuna (choerry) ; hae huifan (the8) ; chen zhifeng (park jisung)
— âge : twenty-five yo feeling so wrong.
— occupation : styling models' hair but still working at hypnos – hairdresser.
— côté cœur : six feet under. would roses bloom again?
— résidence : aphrodite.
— appartement n° : f327 - 3è étage

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Mer 24 Oct - 13:44
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

parler les a distrait, les conversations ont ravi le cœur de chulhei temporairement, le temps qu’elles passent et que le poids de ses regrets revienne. ils ont un passé difficile à oublier et plus il le regarde, plus ça lui semble redevenir clair. mémoire ravivée au son de sa voix, à ses sourires délicats, à sa silhouette entière. une furieuse envie de tendre les mains vers les siennes, ses épaules ou son visage, n’importe où, juste un contact pour lui prouver que c’est bien réel. mais ce n’est que de l’avidité. il acquiesce aux mots du photographe concernant son projet, sans rien ajouter. il reste incertain quant à l’invitation spontanée et s’empêche donc d’y penser sérieusement, d’en être impatient parce qu’il n’y croit qu’à moitié. ce qu’il retient cependant, c’est que sungyoon repartira après son exposition – qu’il pourrait l’envisager, en tout cas – et cette journée lui semble de plus en plus vaine, mais ce n’est pas comme s’il ne savait pas à quoi s’attendre. au fond, il s’en doutait – bien trop, mais il y a toujours cette infime possibilité. il y a toujours cette faible chance que ça finisse bien. si seulement il n’était pas si imprévisible lui-même pour la gâcher. il devenait plus optimiste ces derniers jours, mais tout bascule aujourd’hui comme s’il n’avait fait aucun effort. c’est plus facile d’imaginer que d’affronter.

alors, quand la discussion passe de sunhee aux raisons qui ont poussé sungyoon à venir, le fil déjà tendu sur lequel ils marchaient rompt. chulhei aurait peut-être préféré être ignoré. cette rencontre se passe un peu trop bien pour ne pas le rendre nerveux, en apparence tout ce qu’il y a de plus banale, comme si rien ne s’était passé. comme si… la page s’était mieux tournée de son côté. ce serait mérité (et mieux comme ça). autrefois, il n’a pas su voir au-delà, n’a pas su lire son cœur comme il l’aurait dû. moins prompt à faire des promesses solides de peur que ça ne devienne trop réel, mais ça l’est devenu et lorsqu’il s’en est rendu compte, il a fui. il est parti, il avait peur. de quoi ? ses raisons lui paraissent bien stupides à présent. il l’a blessé, ce garçon. il le voit au travers de ses pupilles fuyantes. il le met mal à l’aise, ce petit ange. il le fait fuir en rouvrant leurs blessures, même les siennes qu’ils pensaient plus légères. elles n’ont été douloureuses que plus tard, quand son absence s’est fait ressentir près de lui, dans sa cuisine, sous un soleil ardent, sous la pluie… sa voix ancrée, quand leurs chansons passaient, sa chaleur rassurante.. il a compris trop tard qu’il le désirait plus qu’il ne le redoutait : ce sentiment là.

je vais y aller.

« s'il te plait. » sa main est tremblante lorsqu’il attrape son poignet, doucement en lui laissant le choix de s’en libérer. il voudrait le retenir, mais pas en faire son otage. « je suis désolé » pour tant de choses, qu'il ne préfère pas développer. il est désolé de l'avoir repoussé quand le bonheur était à leur portée, la peur de ne pas être celui qu'il lui fallait. comme une impression qu'il aurait fini par le trahir, parce qu'il était différent. mais depuis ce qu’il a vécu, sa façon de voir les choses a changé. l'image de sungyoon s'était estompée sous les coups durs, incapable de se souvenir de ses rires sous l’empoisonnement d'un autre homme. mais quelquefois ravivés au milieu des nuits les plus sombres, comme un rappel sournois de ce qu'il avait perdu – de ce qu'il aurait préféré garder. certains jours, ses pas le guidaient dans ce même parc. un coin en particulier, celui où ils se sont rencontrés. oh il s'en souvient, de ce jour presque désastreux qui s'est conclu par une amitié gagnée. lorsqu'il lui a foncé dessus pour rattraper une balle de baseball, le sous-entendu après, que sa petite taille était en cause. dès le premier jour, il l’a trouvé mignon. ça n'a guère changé, mais les regrets l'empêchent de voir les bons côtés. cette rencontre est plus désastreuse que leur première et ça lui donne un goût amer. « je ne te demande pas de répondre maintenant.. mais d’y réfléchir ? » s’il savait à quel point il se sent misérable.

il est conscient de ce qu’il lui demande, mais que faire d’autres ? ignorer ce qu’il ressent ? « si tout ça- » il baisse les yeux et la voix, le cœur au bord des lèvres tant l’anxiété se fait d’un coup présente. écrasante. « si ça ne mène nulle part, si c’est juste… par respect… » laisser ses émotions prendre le dessus serait comme lui faire du chantage. s’il commence à pleurer maintenant, à cause de tout ce qu’il ressent, quotidiennement, ça n’ira pas. il est fissuré et il ne veut pas le montrer. « alors mets-y fin. frappe fort pour que je comprenne. » il pose ses doigts à l’emplacement de son cœur, fébrile, parce qu’il ne veut pas du tout que ça arrive. il a toujours cet espoir fugace de pouvoir le revoir, de renouer, mais il sent la crise se pointer et sa respiration se fait plus lente, plus calculée, comme s’il essayait de calmer quelque chose d’imperceptible. il relâche celui qui autrefois le faisait sourire sans effort, mais qui aujourd’hui réveille ses démons endormis. avec des si on referait le monde, mais avec un seul d’entre eux, chulhei referait le leur. il a peut-être menti. ça ne va pas si bien que ça. « je ne peux plus. j’ai trop perdu, ne disparais pas. » suppliques pareilles à des murmures à moitié assumées, comme des pensées interdites révélées à voix haute. honte sur ses joues colorées, dans ses yeux fatigués et il ne peut plus le supporter. son corps non plus, mais il s’en remettrait, comme à chaque fois. pourtant il s’y accroche à cette lueur, un peu trop fort.

(c) SIAL ; icons sial



_________________

Two stars in a cosmic bust, We've fallen but we still trust the sky To pull us back into line. (nomad ; fleurie)

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1609-orange-colored-sky- http://last-night-story.forumactif.com/t1612-come-along-with-me-sungyoon http://last-night-story.forumactif.com/t1611-woo-sungyoon#39431 http://last-night-story.forumactif.com/t1613-053-2005-woo-sungyoon#39435 http://last-night-story.forumactif.com/t1614-apocalypsedreams#39449
— emménagement le : 08/10/2018
— courriers : 120
— pseudo : breastmilk
— avatar : yoo kihyun + moi (avatar) powell, vocivus (icons)
— billets : 15
— autres comptes : herbert hyunjin + suryana clara + chae hyunseong
— âge : 25 ans
— occupation : souvent photographe documentaire, parfois photographe tout court
— côté cœur : xDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD bref
— résidence : i live in a tent i don't even have a fucking address

Re: ( light up your heart ) - sungyoon    Lun 5 Nov - 2:33
citer éditer supprimer




The scar I can't reverse when the more it heals the worse it hurts. thought we built a dynasty that heaven couldn't shake, thought we built a dynasty like nothing ever made, thought we built a dynasty forever couldn't break up. It all fell down.

il verrait presque son âme planer au-dessus de lui, détachée de son corps qu’elle a laissé en autopilote. la situation est trop surréelle pour que son cerveau l’accepte complètement ; chulhei est là, à ses côtés, en chair et en os, et il peine toujours à comprendre comment il a réussi à laisser ça arriver. des mois, presque années passées à l’éviter soigneusement et l’exiler hors de sa vie petit à petit pour qu’il finisse par accepter de le voir maintenant, sans réellement savoir pourquoi. sungyoon ne sait pas ce qu’il espérait en répondant à l’invitation – peut-être que les choses reviendraient comme avant s’il essayait encore une fois, au lieu de s’emmurer loin de lui physiquement et émotionnellement. peut-être qu’il n’y mettait juste pas assez du sien et que s’il tentait vraiment de surmonter sa rancune, ça viendrait tout seul, ce serait moins difficile et ils retourneraient à la normale. peut-être que ce serait différent.

mais non, c’est tout pareil.

les sujets de discussion défilent, ils sont agréables et il y prend part sans difficulté, sans réellement se forcer malgré le cours maladroit de la conversation et les nombreux blancs qui surgissent. sungyoon se plait à parler de ses projets du futur et de sunhee, malgré son appartenance au passé. les rappels piquants sont cinglants mais il les ignore au profit des souvenirs de la chienne, rien d’autre. il évite toujours le plus important, signe qu’il n’est pas prêt à y refaire face, à être là. mais le problème, c’est qu’il est le seul. ils ne peuvent pas tous les deux se complaire dans leur ignorance volontaire, parce que chulhei ne se voile pas la face comme lui. il aurait du se douter que ce serait le cas, sungyoon se sent stupide d’avoir pensé que tout se passerait sans encombres, qu’il n’aurait qu’à prétendre être ravi d’être là puis redisparaître dans sa bulle pour se remettre de ce mensonge drainant. comme un lâche.

sungyoon ne se sent pas prêt à abandonner sa lâcheté aujourd’hui. elle est la seule chose qui le réconforte alors que les mots de chulhei lui ôtent un peu plus de vie. sa main autour de son poignet est brûlante, un supplice dont il n’arrive pourtant pas à se défaire, c’est à peine s’il a la force de le regarder avec ses yeux suppliants, seul moyen qu’il lui reste pour communiquer l’étendue de son épuisement alors que son estomac se noue comme les mots dans sa gorge.  « je peux pas – chaque mot qu’il murmure sonne comme son dernier souffle – je peux pas, chulhei. » il secoue la tête, tente d’affirmer ses mots par ce geste pour ne pas avoir à en dire plus. ses propres mots l’écorchent à l’intérieur, étiolent son âme comme un fil pendant qui le défait au fur et à mesure qu’on tire dessus, jusqu’à le mettre à nu. il n’a jamais voulu le dire à voix haute – ça devient trop concret, trop réel. ce n’est plus une pense qu’il peut enfouir dans un coin de sa tête et renvoyer chaque fois quelle surgit. maintenant, ce sont des mots échangés avec un autre, dont il n’est plus le seul conscient et qu’il ne peut pas retirer. c’est trop tard. pour ça, pour tout, pour eux. ils ont attendu trop longtemps. ils ne peuvent plus se sauver.

c’est entièrement sa faute, évidemment. il en ressent toute la culpabilité, et elle n’en est que grandissante maintenant qu’il admet son désistement. il est en train de tout foutre en l’air, pour de bon. ce n’est plus une fin ouverte, une possibilité – et espoir – lointaine que tout s’arrange, un jour. c’est le point de non-retour. sungyoon ne se sent pas capable d’y revenir un jour, malgré les yeux magnétiques de chulhei qui l’incitent à rester, font se serrer son cœur aussi fort qu’il aimerait le serrer dans ses bras. « je peux pas continuer à prétendre que tout va bien et que ça redeviendra comme avant. je peux pas faire comme si je t’en voulais pas – sa voix se brise, sous le poids de la culpabilité et de la honte qu’il ressent à admettre ça – j’peux pas. j’y arrive pas. » il devrait se sentir plus léger à dire ce qu’il a sur le cœur, mais ça ne fait qu’empirer. chaque seconde de plus passée en la présence de chulhei l’achève un peu plus, il n’a plus la force de faire face à lui et encore moins à sa propre lâcheté.

il le regarde mettre sa main à sa poitrine et il baisse les yeux, tant les souvenirs qui viennent avec sont insoutenables. autrefois c’était sa main qui se posait là, pour suivre les battements de son cœur comme pour mesurer le rythme de leurs sentiments. maintenant ils ne servent qu’à sonner leur fin. sungyoon laisse ses yeux honteux suivre son poignet alors qu’il est libéré de l’emprise, et la faiblesse du geste ne fait que lui ressentir la sienne. c’est douloureux, comme si son corps entier allait s’affaisser sans lui pour le retenir. mais c’est à lui de porter ce poids, lui tout seul. il le fait déjà depuis deux ans, un moment ou une éternité de plus, ce n’est rien – c’est ce qu’il se dit. chulhei a trop perdu,  mais sungyoon ne peut pas lui rendre. il n’a plus rien à lui donner. « je suis désolé… » murmure à peine audible, il ne fait rien de plus, l’air d’attendre une suite salvatrice.

elle n’arrive jamais.

« je vais y aller. »

l’abandon se lit dans ses pupilles alors qu’elles refusent même de se reposer sur lui, préférant prendre fuite tant qu’il est encore flou à ses yeux humides, tout comme les regrets dont il aura tout le temps de ressentir les lacérations pendant le reste de sa vie sans lui.

(c) SIAL ; icons sial



_________________
/ / / / /
( I bet on losing dogs )
Contenu sponsorisé


Re: ( light up your heart ) - sungyoon   
citer éditer supprimer
 
( light up your heart ) - sungyoon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» the light of aerendil
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: art of communication :: 23. archives :: version 7-
Sauter vers: