bienvenue sur lns, un forum city de type résidence. chaque appartement est en colocation pour faciliter la création de liens. l'action se déroule dans la ville de séoul, en corée du sud. le forum a ouvert le 27 avril 2018. 7 jours sont accordés pour terminer la fiche. deux rp demandés tous les mois, merci de faire un effort sur l'orthographe. pas de lignes minimum, lns privilégie les réponses courtes.
sample35 

taehyun

sample35

jeno

sample35

bora



 

 Lullaby - Hiyori

Aller en bas 

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1221-take-a-selfie-fake- http://last-night-story.forumactif.com/t1389-nam-daehyun-a-l-anarchie-des-corps#35284 http://last-night-story.forumactif.com/t1387-nam-daehyun http://last-night-story.forumactif.com/t1352-053-5412-nam-daehyun#34350 http://last-night-story.forumactif.com/t1353-na_dae
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 24
— pseudo : meteorites.
— avatar : ong seongwoo (fayrell)
— billets : 49
— âge : 23 années à se perdre dans le labyrinthe de la vie et de ses incohérences perpétuelles.
— occupation : étudiant en informatique et joueur de e-sport professionnel sur star-craft et overwatch.
— côté cœur : Ignorance confortable de l'amour et de ses travers, naïveté irraisonnée de celui qui a toujours aimé sans jamais chercher à encrer l'abstrait dans la réalité.
— résidence : artémis
— appartement n° : étage n°4 - appartement T436

Lullaby - Hiyori    Ven 7 Sep - 16:54
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Sato Hiyori
Le murmure des conversations ne s'éteignait jamais.
Assit derrière son comptoir sans bouger, Daehyun écoutait le vacarme de la capitale, les yeux fixés sur le profil de son colocataire.
La nuit vibrait.
Elle était dense derrière les vitres, immense dans l'étourdissement de l'excentricité de son ipséité. Dans le lointain, résonnaient les voix amusées de quelques couche-tard:  leurs échos étouffés, leurs rires qui dégringolaient. Daehyun les imaginait vacillant dans la nuit, les vêtements gonflés par les bras venteux des zéphyr. Il s'y accrochait un peu, à l'imaginaire de leur errance, à une joie factice et intangible qu'il n'aurait sut saisir même s'il s'était employé à la décrire en toute une vie. L'imaginaire, peut être qu'il l'aiderait un jour à saisir la sienne.

Parce qu'assit sur le canapé, il y avait Hiyori. Silencieux. Sa respiration était forte, elle l'était toujours, bruyante, pleine d'une lourdeur douloureuse qui résonnait éternellement entre eux. Elle lui plaisait. Il avait eut l'air préoccupé en rentrant, le regard fixé sur l'écran de son téléphone.  Et cela avait suffit à l'empêcher de s'en détourner. Même s'il avait finit par ne plus rien ressentir. Parce qu'il lui manquait quelque chose. Une chaleur qui remonterait le long de sa gorge, dans ses lèvres et dans son regard, celle qui lui ferait croire qu'il s'agissait de la sienne, que ça avait toujours été la sienne. Même si elle ne l'avait jamais été, que dans son corps à lui, il n'y avait que du froid, du vide qui résonne, des vagues trop calmes sans aucun fracas.

Dans la pièce, la lumière s'était faite basse, feutré, comme le creux d'un rubis ouaté. Chaleureuse. Il s'était dit que ça devait  être bien, un peu de chaleur, un peu plus que la lueur de la lune, quelque chose qui irait le chercher jusqu'à l'épiderme, qui remonterait le long de ses bras, qui le ferait se sentir mieux.

Ses doigts le démangeaient, il avait envie de le toucher, de glisser une main dans ses cheveux, de chercher les bons mots, ceux qu'il ne trouvait jamais, qui apaisaient les maux, les moulaient en quelque chose de plus beau. Mais à cet instant, ça lui semblait inapproprié. Comme s'il était déjà trop loin pour saisir ce qui déjà lui échappait.

- J'ai commandé la pizza.

Il se leva, abandonnant son téléphone sur son assise et se laissa tomber à ses côtés, négligeant les espace vide du canapé pour appuyer son épaule contre la sienne, y relâchant sa tête dans un grognement retenu. Pour que Hiyori accepte de regarder un teen movie avec lui, il devait y avait le feu de l'enfer en Sibérie.

- T'sais on aurait put mettre un autre truc genre... Un blockbuster. Avec de l'action, d'la sueur, du sang et des monologues plus clichés les uns que les autres qui ne demandent rien d'autre que de débrancher son cerveau.

Non pas que les tourments immatures d'une adolescente qui hésitaient un peu plus d'une demi heure à avouer son amour pour le frère aîné de son meilleur soit hautement intellectuel, mais ce genre de romance adolescente avait au moins le mérite d'assumer leur absence total d'originalité. Mais pour Hiyori il était prêt à revoir un énième Marvel, transcendant sa sacro-sainte règle du "jamais plus d'une fois". Il était même prêt à regarder toute la filmographie turque en version original et sans aucun sous-titre si ça pouvait lui redonner le sourire.
Il aurait aimé avoir un pouvoir qu'il ne possédait pas.
Lui raccrocher le coeur à la bonne place d'une simple phrase.
last night story
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1220-vertige-sur-terre-h http://last-night-story.forumactif.com/t1293-hiyori-dependance-a-l-errance http://last-night-story.forumactif.com/t1294-sato-hiyori#33154 http://last-night-story.forumactif.com/t1372-024-9780-sato-hiyori
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 19
— pseudo : kylas
— avatar : cha eunwoo (venus-club)
— billets : 36
— âge : vingt trois ans en dépit d’une maturité qui n’arrive pas à évoluer : d’un esprit à la fois d’enfant et d’adolescent frustré enfermé dans le corps d’un adulte qui croit encore aux contes de fées.
— occupation : s'est lancé dans une roulette russe au risque de se fracasser contre la dure vérité. Improvisé auteur de webtoon depuis quelques années. Pour le moment il arrive à payer son loyer. et c'est déja ça de gagné.
— côté cœur : volage et trop occupé à éviter de trop songer. à penser que peut-être il aurait déja chaviré du mauvais coté. et c'est injuste d'se dire qu'il n'a même pas eu la chance de lutter.
— résidence : Arthémis
— appartement n° : T436

Re: Lullaby - Hiyori    Ven 14 Sep - 0:30
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Nam Daehyun
le vague à l’âme hantant la marée de ses pensées, Hiyori réprime un hoquet maladroit. Foule, femmes, parfums -clic- rouge à lèvre carmin, enfants à la main -clac- ça tambourine, fulmine à lui en faire claquer la langue contre son palais, à faire fuir son regard derrière ses verres teintés. Ces silhouettes dont les lignes se confondent entre l’envie et la haine, ces femmes heureuses qui adorent leur familles, trop heureuses, trop joyeuses; trop satisfaites de leurs vies. Peut-être, peut-être qu’il est jaloux; il est jaloux.

Mais ce n’est surement pas le pire. Entre le désordre de ses sourires forcés qu’il affiche pour couvrir ses rictus dégoutés ou cette infime, discrète et insondable envie de leur nuire à en serrer ses poings. ça résonne, ça frissonne le long de son échine ces mots que sa propre mère lui avait toujours promis mais je t’aime Hiyori. mais qu’est-ce que cela pouvait-il dire, ces quelques lettres alignées entre les lèvres d’une génitrice qui n’avait jamais su le cajoler? Il aurait été mieux d’être ignorant et un peu moins mature, de déposer entre ses mains une pointe de naïveté et une bonne tonne d’innocence au moment précis où elle allait lui parler. maudite cervelle névrosée, curiosité insatiable qui l’aura si vite dévoré. Lorsqu’il réalisait que tout ça, ça n’avait jamais été de l’amour à proprement parler. il n'y avait alors plus rien. Plus rien quand le murmure de l’océan lui avait ravivé le brasier des doutes de quelques bribes de pensées c’est parce que tu ne lui plais pas. Soudaine nausée, et peu à peu son coeur martelait son tourment. rythme incandescent. fumée, brasier étouffant. et qu’arriverait-il si elle apprenait que tu étais de ce bord-là?
coloc : dis c'était quoi déjà le fruit?
orange ou pamplemousse?

Hiyo : orange.
Asphyxie qui s'interrompt par le grésillement de quelques vibrations dans la poche de son pantalon. Il enfonce alors du bout de son index le bord de ses lunettes avant d’allumer l’écran lumineux de son téléphone. Ah- fucking roommate. Il soupire ou peut-être qu’il rit. Qu’il en oublie la pression du monde et de son environnement, papa, maman et qu’il n’y aurait plus que lui. Daehyun, le débile, l’obsession, l’ennemi; la flamme écarlate qui ravive ses sourires. C’est risible, et pourtant si peu dérangeant, toutes ces pensées qui émergent lorsque ses lèvres articulent son prénom. rire en écho à sa voix, le cajoler lorsqu’il fait trop froid, vouloir l’embrasser sur la courbe d’un émoi.
coloc : ah ok, et je choisis comment le pamplemousse? y'en a plein

Hiyo : on avait dit le jus d'orange cette fois.
c'est genre
orange.
... ok?
Et rapidement, à peine rentré, il s’était retrouvé écrasé contre le canapé de leur appartement à zapper les quelques chaînes qui pouvaient l’intéresser dans un manque de volonté sans précédent. Il roule sur le canapé avant de s’écraser contre le sol alors qu’il tentait d’attraper la foutue télécommande. “t'appuie sur le bouton Netflix de la télécommande” il clique un peu n’importe où avant de finalement atterrir sur la page d’accueil; sur une liste de plusieurs dizaines de films aux affiches multicolores et aux titres aguicheurs, entre super-héros plein de testostérones et films à la romance exagérée, il avait surement de quoi faire pour s’occuper jusqu’à trouver la force de s’endormir.

Ou peut-être,

que tout ce cirque, tout ce caprice (et cette insistance pour commander une pizza et regarder au moins un film avec lui) n’était qu’un simple et vulgaire prétexte pour juste oublier avec une once de tendresse, pardonner la mère qui hante son esprit à l’aide de sa douceur à lui.

- foutre un blockbuster ce n’est pas le bon plan dans le cas où j’aurai l’éventuelle ambition de m’endormir.

mais la vérité s’était égarée face au mensonge pour protéger sa fierté. face à son esprit qui n’était pas forcément aussi solide qu’il n’y paraissait, à sa fragilité d’enfant qu’on avait su suffisamment préparer à la réalité, à son envie d’amour sans savoir comment la demander. à cette envie de lui qui s'irisait le long de ses traits, à ses sourires à peine étirés et de ses joues qui s'empourpraient lorsque ses yeux capturaient les étoiles des siens.

« Maman, aujourd’hui j’ai enfin réalisé ce que tu voulais dire par “adulte, tu comprendras”. à ce moment précis, alors que j’avais décider de tout sacrifier, je m’étais alors senti beaucoup plus âgé. Pas vingt, pas cinquante, même pas cent, mais mille. Âgé mais pas fragile. J'avais eu l'impression d'être un chêne : racines profondes et cœur solide. »    
   
- c'est tellement évident qu'il l'aime lui aussi. pourquoi elle ne lui dit rien?

fugaces pensées qui s'étaient échappées face à cette étrange sensation de frustration et de contrariété, il se contente de froncer les sourcils; incapable de détacher ses yeux de l'écran au moment où l’héroïne, malheureuse à l'idée de voir ses sentiments non retournés s'était mise à sangloter dans le silence d'une ruelle mal éclairée.

last night story

_________________

   
a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we screamed, but it was never enough.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1221-take-a-selfie-fake- http://last-night-story.forumactif.com/t1389-nam-daehyun-a-l-anarchie-des-corps#35284 http://last-night-story.forumactif.com/t1387-nam-daehyun http://last-night-story.forumactif.com/t1352-053-5412-nam-daehyun#34350 http://last-night-story.forumactif.com/t1353-na_dae
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 24
— pseudo : meteorites.
— avatar : ong seongwoo (fayrell)
— billets : 49
— âge : 23 années à se perdre dans le labyrinthe de la vie et de ses incohérences perpétuelles.
— occupation : étudiant en informatique et joueur de e-sport professionnel sur star-craft et overwatch.
— côté cœur : Ignorance confortable de l'amour et de ses travers, naïveté irraisonnée de celui qui a toujours aimé sans jamais chercher à encrer l'abstrait dans la réalité.
— résidence : artémis
— appartement n° : étage n°4 - appartement T436

Re: Lullaby - Hiyori    Ven 14 Sep - 22:36
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Sato Hiyori
Daehyun observait.

Hiyori ne semblait pas d'avantage bouleversé que d'ordinaire. Juste indifférent. Il ne le regardait plus. Il se contentait de pesté sur le film, son illogisme, sa niaiserie sous jacente. Comme s'il n'y avait rien d'autre que ça, une soirée film après un semaine harassante, juste deux corps appuyés l'un contre l'autre. Et c'était étrange, pour Daehyun. Il se frotta le menton et écouta sa diatribe sans commenter, pas par ennuie, mais pour tenter de saisir un discours qui en toute honnêteté lui échappait totalement.

Pourquoi elle ne se confesse pas?
Cette question, elle lui semblait incongru entre ces lèvres pleines. Presque déplacé. N'était-il pas le premier à garder son coeur dans le secret de ses silences? Il taisait les mots Hiyori, ceux qui comptaient vraiment, qui aurait put lui permettre de se sentir important. Il ne les prononçait jamais, les semait simplement dans ses attentions et dans ses gestes. N'aurait-il pas dû être celui qui les comprenait le mieux dans ce cas? Ces affections muettes. Celles qu'on garde sous la complaisance des cieux, là où lui préférait les dire de vive voix - après tout, comment pouvait-on deviner ce que jamais on ne prononçait?

- Je te comprend pas.

Daehyun se tourna vers lui, les traits indéchiffrables.
Il n'y avait pas de reproche dans sa voix - il n'y en avait jamais vraiment, lui était étrange. Lui, il ne comprenait pas le monde. C'était Hiyori qui lui expliquait, comme l'humain fonctionnait, la pudeur, le tact, la douceur, c'était tout ce qu'il essayait d'apprendre. Tout ce qui dans son inconscient, s'assimilait généralement à des mensonges.

- Toi non plus, tu ne dis jamais ce que tu ressens. En bien ou en mal, tu gardes tout pour toi.

Il suspendit sa phrase, les lèvres entrouverte, laissant planer un silence, long et pénible, le fixant sans sourciller. Sa bouche engourdis peinaient à se mettre en mouvement, à formuler les mots qu'il faudrait, les mots qu'il fallait. Et ses yeux orageux semblaient hésiter, se débattre. Avait-il raison? Avait-il tord? Comprenait-il tout de travers encore?

- Moi aussi la plupart du temps, pour te comprendre j'essaie de lire entre les lignes.

La lumière artificiel de la télévision leur éclaboussait le visage, comme si l'obscurité peinait à contenir l'élan furieux de la ville. Tout était artificiel ici, de la lumière jusqu'à la nourriture qu'ils avalaient, le cottage familial lui manquait juste pour ça. Les ombres y étaient plus douce, moins tranchante, moins absolue. Elles pliaient sous la caresse de la lune, ployait sous les frémissement de la brise. Il n'avait jamais eut l'impression d'étouffer, là bas. D'être sans cesse écrasé par les immensité et la précarité de son humanité.

Il s'en était légèrement détourné - juste un instant, le temps de capter un moment important, ses lèvres esquissant un "oh" silencieux qui ne trouva aucun écho. Parce qu'il les aimait ces films adolescent, leur légèreté, cet optimisme presque forcé, comme une protection qui germerait des vestiges d'une innocence latente qu'il entretiendrait avec une charmante inconscience. Oh, il n'avait jamais été pleinement enfant Daehyun - il était trop différent pour ça, pas assez assimilable à la norme sociale. Il savait bien qu'il était étrange, à défaut de meilleur mot, il l'avait vu niché à la porte de leurs regards dès ses premiers échanges - ce n’était qu’un jeune homme, un garçon, il n’était rien ni personne pour n'avoir jamais apprit à mettre de forme, à ne pas garder pour lui ce qu'il pense. Daehyun avait apprit à se taire, à défaut de comprendre comment plaire. Il n'avait pas besoin de grand monde, n'avait besoin de presque personne, juste de Hiyori. De ses parents aussi. Mais Hiyori, c'était différent, c'était la première personne pour qui il parvenait vraiment à être au moins un tout petit peu important.
last night story
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1220-vertige-sur-terre-h http://last-night-story.forumactif.com/t1293-hiyori-dependance-a-l-errance http://last-night-story.forumactif.com/t1294-sato-hiyori#33154 http://last-night-story.forumactif.com/t1372-024-9780-sato-hiyori
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 19
— pseudo : kylas
— avatar : cha eunwoo (venus-club)
— billets : 36
— âge : vingt trois ans en dépit d’une maturité qui n’arrive pas à évoluer : d’un esprit à la fois d’enfant et d’adolescent frustré enfermé dans le corps d’un adulte qui croit encore aux contes de fées.
— occupation : s'est lancé dans une roulette russe au risque de se fracasser contre la dure vérité. Improvisé auteur de webtoon depuis quelques années. Pour le moment il arrive à payer son loyer. et c'est déja ça de gagné.
— côté cœur : volage et trop occupé à éviter de trop songer. à penser que peut-être il aurait déja chaviré du mauvais coté. et c'est injuste d'se dire qu'il n'a même pas eu la chance de lutter.
— résidence : Arthémis
— appartement n° : T436

Re: Lullaby - Hiyori    Dim 16 Sep - 22:15
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Nam Daehyun
Il avait partiellement le front dégagé, les pointes d’ébènes écartées, tantôt entremêlées dans un désordre qui ne cessait de s’accentuer entre les ballottements incessant de sa tête qui luttait contre la fatigue et la gravité; l’incommensurable poids qui voulait s’alléger, son envie de s’écraser contre son poids, contre sa chaleur et ses bras — Ah. y avait son prénom qui trouvait écho au fracas de son organe enivré, son parfum qui brûlait ses envies passionnées, y avait certainement quelque chose, un tout. Un noir ardent qui semblait être la réponse à sa perdition, un éclat, un reflet doré; celui de son regard dans lequel il s’était égaré et qui l’avait éraflé. C’était peut-être ça la réponse à ses questionnements. des ténèbres effrayantes dans lesquelles ont lui avait toujours narré les dangers, une obscurité peu rassurante, peut-être effrayante, mais il était là lui aussi. et c’était tout ce qui importait. Ces souffles qui s’évanouissaient, ces regards silencieux et ces mots jamais prononcés.

Oui, il ne lui avait jamais réellement parlé de tout ce qui le tracassait, ni même de ces émotions qui le torturaient. De cet amour incandescent, de cette envie de rattraper ses lèvres lorsque le ton montait — il ne l’avait jamais dit. Il ne lui avait jamais montré. Mais, pensait-il qu’il n’en avait pas besoin de tout ça. de toutes ces atrocités et de ces étranges sentiments qui le perturbait. D’aimer un homme, de l’aimer lui, comme une éventualité que son coeur lui avait imposé.  
Il est gentil, doux, et surtout beau. Mais Dae n’avait pas besoin de le savoir, surtout pas lorsque c’était si facile pour lui de dire qu’il l’aimait. entre ces je t’aime balancés, ces foutues salutations vainement exagérées. Il n’avait pas besoin de le savoir lorsque cet amour transi et fou pouvait presque le détruire, quand son regard ne faisait qu’hurler, hurler que c’était lui.

et peut-être qu’il y a encore un an, Hiyori se moquerait, rirait au nez du premier qu’il lui annoncerait qu’il serait ainsi. aussi stupide au point d’avoir peur de se ridiculiser. et s’il ne m’aimait pas comme ça? A quel moment avait-il décidé de le considérer comme un proche? et s’il je le dégoutait? quand est-ce que tout avait changé entre eux? entre leurs manières de se sourire et de se regarder? quand était-il devenu homme et non simple ami? charmant et non simplement sympathique? à admirer la pointe de son nez, la courbe de ses hanches et le doux tracé de ses lèvres rosées? ça n’avait aucun foutu sens, aucune foutue raison d’exister et pourtant il était là, idiot à le dévisager, le bec coulé face à sa dernière réplique bien salée, les yeux écarquillés et les mots qui manquaient.

- well, j’ai pas envie non plus de t’embêter avec ça. j’en ai jamais eu besoin… d’parler tu sais. je gère tout ça moi-même t’en fais pas.

Et lentement son attention s’était à nouveau faite capturée par l’écran lumineux, dans une douce mélodie, lentement, chamboulé face à cette héroïne qui fuyait l’éventualité. Elle qui, au coeur instable luttait contre les évidences, fermait les yeux face à la réalité; elle qui parfois avait des reflets de lui. L’envie de se disperser dans le zéphyr de ses pensées, l’envie de nier jusqu'à étouffer — parce qu’après tout, elle aussi l’avait réalisé; l’amour ça tuait.

- tu ferais quoi dans sa situation toi? d’une certaine manière je la comprend. sauf si je suis sûr à cent pourcent je ne me confesserai pas. Même s’il n’y a qu’un pourcent de doute.

ça n’avait aucun sens. pourtant le voilà là, incapable de regarder correctement le film sans le fixer, sans le questionner, à imaginer un nez qui se heurte au sien, des lèvres se perdrent contre les siennes, des fesses qui claquent contre ses hanches

non.
non.
rien n’avait de sens.
surtout quand il ne l’aimait pas.


last night story

_________________

   
a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we screamed, but it was never enough.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1221-take-a-selfie-fake- http://last-night-story.forumactif.com/t1389-nam-daehyun-a-l-anarchie-des-corps#35284 http://last-night-story.forumactif.com/t1387-nam-daehyun http://last-night-story.forumactif.com/t1352-053-5412-nam-daehyun#34350 http://last-night-story.forumactif.com/t1353-na_dae
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 24
— pseudo : meteorites.
— avatar : ong seongwoo (fayrell)
— billets : 49
— âge : 23 années à se perdre dans le labyrinthe de la vie et de ses incohérences perpétuelles.
— occupation : étudiant en informatique et joueur de e-sport professionnel sur star-craft et overwatch.
— côté cœur : Ignorance confortable de l'amour et de ses travers, naïveté irraisonnée de celui qui a toujours aimé sans jamais chercher à encrer l'abstrait dans la réalité.
— résidence : artémis
— appartement n° : étage n°4 - appartement T436

Re: Lullaby - Hiyori    Lun 17 Sep - 21:14
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Sato Hiyori
Les mots étaient capricieux.
Ils s'emmêlaient, butaient, s'affaissaient dans son esprit, incertain du sens qu'il pouvait leur accorder, de l'importance qu'il fallait leur prêter. Peut-être réfléchissait-il trop Dae. Peut être lui manquait-il cette légère touche de spontanéité, celle dont il s'était repait lorsqu'enfant il croyait encore qu'il pouvait tout recréer, l'univers sur une feuille de papier et l'amour dans les braises mourante d'un brasier. Dae, il aurait voulut avoir à nouveau six ans, lorsque les contours de sa réalité butaient contre le crachin de l'écume doré. Il aurait voulut revenir à cette enfance orpheline où tout ou presque se résumait au sable fin et au corps alanguit sur une planche. Avec Hiyori aussi. Une enfance où ils auraient put prendre le large, dans un navire sans barque et sans toile, cocon de sales gamins, amoncellement de drap empilés sur une table, de balancelle jeté à travers les bras. Tout était si facile à Busan. Si clair. Si limpide. Lorsqu'il n'avait l'impression de tout faire en une saugrenue anomalie.

Mais les mots, depuis qu'il était devenu grand, prenaient un tout autre sens. Un dont il peinait à saisir l'essence. Devenait-on devenir muet une fois passée l'adolescence? Pudique dans les formules. Pudique dans le poids des vérités, des sentiments? Il avait envie de lui dire pourtant, à Hiyori, qu'il pouvait tout lui dire, ses joies, ses peines, ses regrets. Mêmes ses petites insignifiances, même toutes ces choses qui pour lui non plus n'avaient aucun sens.

- Je sais. T'as pas vraiment besoin de moi.

Daehyun, il n'était pas celui dont on avait besoin lorsqu'on voulait être éclairé.
Il n'était pas celui qu'on voulait voir près de nous lorsque la vie se compliquait, ni entendre sa voix - encore moins ces affirmations désuètes. Mais il avait besoin de lui à ses côtés Hiyori. Il avait besoin de sa voix, de ses vérités générales, de ces évidences qui pour lui n'étaient qu'un amas de contresens dont il se fichait éperdument. Il avait besoin de ce message en milieu d'après midi, qui lui rappelait de décrocher des écrans s'il ne voulait pas aggraver sa myopie. D'une orange abandonner sur son bureau parce qu'il fallait qu'il fasse des efforts pour manger plus de fruit. Il avait besoin de Hiyori. Mais Hiyori n'avait pas besoin de lui. Et ça faisait mal de se le dire, qu'il était surement en quantité négligeable, remplaçable.

L'idée en elle même le glaçait, alors qu'il fixait l'écran, moitié-absent, moitié-présent, une part de pizza coincée entre les dents, la mine neutre, désespérément indifférente. Ça brûlait ses lèvres soudainement: Est ce que tu me remplacerait ? Mais il ne pouvait pas le dire - et si ça lui donnait de mauvaises idées, une chose à laquelle il avait déjà songé et qu'il finirait par considérer.

- Je le dirai, je suppose. Je dis toujours ce que je pense, c'est juste que je sais pas forcément comment il faut le dire, avec les bons mots, au bon moment. Mais j'essaie.

Daehyun, il se tourna vers lui, les sourcils à nouveau froncés, intensément concentré. Est ce que là aussi il y avait un sens caché? L'idée était aussi absurde que probable mais Hiyori agissait souvent de manière absurde et improbable.

- T'as une nouvelle petite amie?

L'idée le contrariait, qu'il y en ait à nouveau une autre. Une autre femme dont les vêtements trainerait parfois, l'air de rien, dans leur appartement. Une femme aux mains délicates et au rire de joie. Quelqu'un qui éclipserait ses je t'aime d'un simple battement de paupière. A celle qui avait toujours sut redéfinir le sens d'une pièce, auprès de qui ses certitudes paraissaient toujours étrangère. Dae, il en était venu à les redouter. A craindre le jour où l'une d'elle le lui enlèverait. Il avait de la jalousie qui crépitait au fond de sa pupille Dae. Il n'avait jamais put s'en empêcher, d'être égoïste. Un peu. Juste un peu.
last night story
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1220-vertige-sur-terre-h http://last-night-story.forumactif.com/t1293-hiyori-dependance-a-l-errance http://last-night-story.forumactif.com/t1294-sato-hiyori#33154 http://last-night-story.forumactif.com/t1372-024-9780-sato-hiyori
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 19
— pseudo : kylas
— avatar : cha eunwoo (venus-club)
— billets : 36
— âge : vingt trois ans en dépit d’une maturité qui n’arrive pas à évoluer : d’un esprit à la fois d’enfant et d’adolescent frustré enfermé dans le corps d’un adulte qui croit encore aux contes de fées.
— occupation : s'est lancé dans une roulette russe au risque de se fracasser contre la dure vérité. Improvisé auteur de webtoon depuis quelques années. Pour le moment il arrive à payer son loyer. et c'est déja ça de gagné.
— côté cœur : volage et trop occupé à éviter de trop songer. à penser que peut-être il aurait déja chaviré du mauvais coté. et c'est injuste d'se dire qu'il n'a même pas eu la chance de lutter.
— résidence : Arthémis
— appartement n° : T436

Re: Lullaby - Hiyori    Mar 25 Sep - 23:22
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Nam Daehyun
Dae, il était de ceux dont les yeux reflétaient un ouragan capricieux, dont le toucher se désintégrait en une bourrasque insidieuse. Les cheveux batailles, le regard ravage, il avait toujours été si particulier, là, où lui n’était qu’ordinaire et un peu borné, ennuyant et inapte à s’exprimer. Intéressant, face à lui qui à côté était juste un peu trop maladroit. trop craintif des syllabes et de leurs poids, des regards et des “pourquoi”. Hyun, il ne s’était jamais posé toutes ces questions-là, ces anneries qui semblaient invisibles pour lui. Il n’y avait aucune peur dans le choix de ses mots, dans l’expression de ses goûts et ses passions. Aucun doute dans sa manière d’adorer, aucune impasse lorsqu’il s’agissait d’aimer. Parce qu’après tout, il ne l’avait jamais caché. Pour lui, l’aimer, c'était si facile après tout.

they told me “think with your head
not that thing in your chest.

- Personne, c'est peut-être le mot le plus approprié.

Pas toi en particulier, « jamais ça ça ne serait toi » s’il s’agissait d’un fautif a trouver. Il n’y avait que le vide à scruter, insipide néant quand il s'avérait simplement de lui et sa lourde conscience et son reflet esseulé, fatigué des luttes et de l’image précieuse qu’il avait à conserver face à ses démons à exorciser. Prétendre, c'était plus facile à dire qu’il n’y paraissait, si léger et facile a prononcé face à la cruauté dont on se vêtissait. De mentir, tenir la main de celles que l’on aimait jamais assez, embrasser leurs courbes sans avoir le cœur chahuté. Aimer sans toucher, rougir sans en sentir la chaleur faner. Tomber — loin de l’amour, seulement pour se retrouver nez à nez sur le sol froid de la réalité.

- avec les bons mots et au bon moment….

Il y avait une maigre scène qui l’avait un instant à nouveau captivé, curieux lorsqu'il ne s’avérait ni être la confession finale, ni même simplement un baiser. Seulement deux regards qui se croisaient en secret, un sourire léger et quelques doigts qui se frôlaient. C'était doux. Banal, comme l’amour simple pour lequel il avait toujours aspiré. Comme celui du couple de sa BD, discret, presque secret et pourtant si pur et sincère à travers ses sentiments retournés. Sans mensonge ou lourdeur, sans vices ou vagues insidieuse. Il n’y avait que eux. Elle qui répondait à un lui, je qui répondait à un nous.

- Nop.

sensation étrange. Lui qui avait pourtant le coeur toujours bouillant, le voilà frigorifié, incapable de réellement se sentir touché alors qu’il évoquait son ennuyant célibat. Comme si, soudainement plus rien n’importait, comme s’il était bien plus plaisant et agréable de scruter le feu de ses yeux, quitte à laisser ses intérêts de côtés, son besoin d’être senti aimé et comblé, d’avoir quelqu’un que l’on pourrait cajoler. peut-être qu’il était mieux ainsi.

- c’est quoi pour toi, le bon moment?

Le geste qui se joint à la parole, tandis que ses bras trouvent un équilibre contre son torse, son regard, lui, d’un air faussement supérieur fixe son colocataire, les sourcils froncés; les doutes ravivés.


last night story

_________________

   
a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we screamed, but it was never enough.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1221-take-a-selfie-fake- http://last-night-story.forumactif.com/t1389-nam-daehyun-a-l-anarchie-des-corps#35284 http://last-night-story.forumactif.com/t1387-nam-daehyun http://last-night-story.forumactif.com/t1352-053-5412-nam-daehyun#34350 http://last-night-story.forumactif.com/t1353-na_dae
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 24
— pseudo : meteorites.
— avatar : ong seongwoo (fayrell)
— billets : 49
— âge : 23 années à se perdre dans le labyrinthe de la vie et de ses incohérences perpétuelles.
— occupation : étudiant en informatique et joueur de e-sport professionnel sur star-craft et overwatch.
— côté cœur : Ignorance confortable de l'amour et de ses travers, naïveté irraisonnée de celui qui a toujours aimé sans jamais chercher à encrer l'abstrait dans la réalité.
— résidence : artémis
— appartement n° : étage n°4 - appartement T436

Re: Lullaby - Hiyori    Mer 26 Sep - 22:30
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Sato Hiyori
Les mots n'avaient pas l'épice réconfortante qu'il aurait aimé leur déceler.
Dae sourit, un peu, la tête incliné, il posa le bout de ses doigts sur la joue de Hiyori, les fait glisser le long de sa pommette, jusqu'au désordre de ses mèches brunes. Ses yeux papillonnèrent. Et son regard suivit les ridules qui parsemaient ses lèvres. Il avait de les caresser. Ou dans les embrasser. Mais il n'osait pas le faire. Parce que Hiyori, il ne lui avait jamais répondu "moi aussi".

- Tu t'es jamais dis que c'était une possibilité?

Il le relâcha, le sourire un peu sur le côté, un pli familier sous l'oeil droit. Il s'était épuisé aux pas qui ne trouvaient aucun Daehyun, des déclarations sans réponses, juste l'agacement et les silences. Il n'y avait pas vraiment de solitude, pas vraiment d'amertume lorsqu'il y songeait, juste la boule familière de ses incertitudes. Il y avait quelque chose d'immensément ironique dans leur proximité, dans cette aisance qu'ils avaient à gravité l'un autour de l'autre sans jamais pleinement se toucher. Dans cette brûlure qui s'attardait sur l'épiderme à chaque fois que sa peau effleurait la sienne. Hiyori était un feu glacial, une étreinte perpétuelle qu'il ne sentait jamais. Il était indifférent, froid et discret. Il était l'étoile à laquelle il n'accéderait jamais, un navire sans voile et sans frontière qui voguait sur la mer de son seul hémisphère. Dae, parfois il souhaiterait devenir les récifs contre lesquels il se fracasserait.

- Ok.

Aucune copine, c'était acceptable, de quoi relâcher son palpitant contracter de rejet et d'effroi, de quoi remplir ses poumons d'oxygène, d'irriguer le sang dans ses veines. Aucune copine. Dae, il se toucha le bout du nez et récupéra une part de pizza abandonné, mordant dedans sans plus se soucier des sujets délicat qu'ils avaient put aborder.

Jusqu'à ce que Hiyori vienne le briser, d'une interrogation nouvelle qui le laissa perplexe. Il l'avait bien dit après tout Dae, qu'il ne connaissait jamais les bons moments, qu'il les manquait souvent. Il y avait une anarchie permanente dans le désordre de ses mots, une spontanéité juvénile, chaotique, qui brillait de son insouciance valétudinaire.

- Je ne sais pas.

Il avait la voix sincère et le regard songeur. Le silence s'était fait pesant, comme si l'instant, selon toute vraisemblance, possédait toute son importance. Et pourtant, il n'était pas assez grand pour clairement se le représentant, pas assez conscient pour pleinement l'apprécier. Dae, il appliquait une logique basiquement mathématique, la vie après tout, devrait être d'une simplicité binaire, équilibre parfaite.

- Je dis les choses comme je les penses. Parfois quand tu fais des choses gentilles par habitude, ça me fait plaisir et j'ai envie de te dire que je t'aime alors je le fais. D'autres fois, tu me les brises alors je te demande de me foutre la paix.

Une dernière bouchée, une langue passée contre un doigt tâché et ses épaules se redressait dans une mimique familière.

- Mais je ne pense pas que ça soit nécessairement de bons moments.

Non, selon lui, c'est juste le moment.
last night story
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1220-vertige-sur-terre-h http://last-night-story.forumactif.com/t1293-hiyori-dependance-a-l-errance http://last-night-story.forumactif.com/t1294-sato-hiyori#33154 http://last-night-story.forumactif.com/t1372-024-9780-sato-hiyori
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 19
— pseudo : kylas
— avatar : cha eunwoo (venus-club)
— billets : 36
— âge : vingt trois ans en dépit d’une maturité qui n’arrive pas à évoluer : d’un esprit à la fois d’enfant et d’adolescent frustré enfermé dans le corps d’un adulte qui croit encore aux contes de fées.
— occupation : s'est lancé dans une roulette russe au risque de se fracasser contre la dure vérité. Improvisé auteur de webtoon depuis quelques années. Pour le moment il arrive à payer son loyer. et c'est déja ça de gagné.
— côté cœur : volage et trop occupé à éviter de trop songer. à penser que peut-être il aurait déja chaviré du mauvais coté. et c'est injuste d'se dire qu'il n'a même pas eu la chance de lutter.
— résidence : Arthémis
— appartement n° : T436

Re: Lullaby - Hiyori    Dim 30 Sep - 21:48
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Nam Daehyun
tout ça, tout ces sentiments, ces folies; ces conneries, qui riment avec tragédie, fatalement, se reflètent dans l’eau croupie. les mots feux, doux et scintillants criant l’affection et son envie de l’aimer — brûlant sur l’arrière du palais. C’était presque qu’il avait eu l’envie de vider le sac de ses pensées torturées, de ne plus se taire et même d’hurler. hurler que rien n’avait été imaginé. Ses yeux pétillent et sa gorge de noue tandis qu’il se force à déglutir face au poids de son regard qu'il examinait, le rassurait (qu’il n’était et n’avait jamais été seul). but still, keep your poker face; straight face and don’t let you smile. Daehyun et lui, ça n’avait jamais été une possibilité. seulement une chimère insaisissable aux goûts d’impossible et de si j’avais été. Daehyun et lui, c’était un nous face à la froide société, aux regards écoeurés et à la faiblesse d’esprit démesurée; peut-être même, face à la sienne.

Parce qu’après tout, Hiyori n’était pas gay. il n’était pas celui qui serait en mesure de décevoir ses aînés, de s’avérer différent, et suffisamment peu conscient pour se confesser au risque de se faire rejeter; car pouvait-on l’aimer? — c’était possible certes, parce qu’il était charmant, doté de traits fins et raffinés, d’une voix calme et de patience qui pouvait tout affronter.

Mais lui, pouvait-il vraiment penser à lui de la même manière qu’il l’avait toujours fait? Même après avoir vu le pire et l’océan noir qui se cachait dans le reflet de son regard ennuyé?  — Pouvait-il se montrer différent de ceux qui l’aimaient pour ce qu’il paraissait? Etait-ce trop demander? Parceque Dae, dae, dae, il lui criait l’amour comme une évidence, comme une réalité aussi facile à prononcer que le temps qu’il faisait. parce qu’il avait cette inconsistance dans la lourdeur des mots, à annoncer comme une fatalité qu’il ne restait plus de jus d’orange dans le frigo, comme une banalité qu’il venait de rater une offre d’emploi.

- pourquoi t’es comme ça Dae.

pourquoi dae agis-tu comme si tu pensais comme moi? pourquoi mimer l’amour quand tu ne le pense pas. pourquoi chaque fois que le concède tu me redonnes une lueur d’espoir? Sa main se glisse lentement le long de son visage, de son menton à sa joue avant de s'agripper légèrement à ses mèches désordonnées.

- j’veux pas être un poids pour qui que ce soit. mais merci.

son index s’emmêle doucement à une boucle folle alors qu’il l’observait silencieusement, soupirant calmement au rythme de ses caresses le long de sa chevelure, se redressant de temps à autre légèrement pour trouver une meilleure position.

et soudainement le c-a-r-n-a-g-e. la réponse qui lui donnait des sueurs froides et gelait son échine, emballant les bourdonnements de son palpitant et incendiant le brasier de poings soudainement fermés et ayant abandonné leurs occupations.

- je ne suis pas d’humeur à déconner Daehyun. vraiment pas

il y a le dégoût qui borde ses lèvres d’un rictus brisé. une incompréhension qu’il avait jusqu’à là toujours su tempérer et essayé de comprendre. sa manière de lui dire presque comme pour le narguer qu’il l’aimait. Et il le savait. que ça ne voulait rien dire dans l’esprit si innocent et léger de son colocataire. que pour lui c’était comme pour le remercier, comme pour lui dire “ça me touche” sans savoir comment l'exprimer. parce qu’il l’avait toujours fait sans se soucier d’être en public ou seuls à la maison, jamais ça ne l’avait dérangé. mais ce soir, Hiyori ne pouvait plus supporter la douleur du poignard qu’il n’avait cessé de remuer. ce soir son coeur criait et ne pouvait plus supporter ces mots d’amour qu’il n’avait jamais réellement pensé.

- ta connerie tu me la répètes depuis le collège. sérieusement, tu penses vraiment qu’un jour je vais te répondre “moi aussi” à force que tu me le répètes?

puis sa voix, sa rage, tout s’effondre sur une fausse note. sur un lèvre qui tremble, sur une syllabe qui s'efface. il serre ses dents, ferme les yeux alors qu'il avale lourdement un violent sanglot. Et quand la vue lui revient, il ne voit plus que lui, lui et un daehyun qui venait de se faire hurler dessus — et il s'en voulait. d'avoir hurlé sur la chose qu'il n'avait jamais osé blessé; juré de protéger contre vents et marées. sur son dae. celui dont les sourires l'effrayait de peur de perdre sa rationalité; de le serrer soudainement contre ses bras et de ne jamais le lâcher. ou peut-être juste lui tenir la main. peut-être pas pour l'éternité, mais suffisamment longtemps pour qu'il puisse s'en souvenir, pour avoir le sentiment qu'il était toujours avec lui.

- désolé. je- je suis fatigué. c'est juste que... c'est pas le genre de choses qu'on prononce légèrement tu sais. et je ne suis pas le genre de personne à dire ça légèrement. c'est important. très important pour moi.

last night story

_________________

   
a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we screamed, but it was never enough.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://last-night-story.forumactif.com/t1221-take-a-selfie-fake- http://last-night-story.forumactif.com/t1389-nam-daehyun-a-l-anarchie-des-corps#35284 http://last-night-story.forumactif.com/t1387-nam-daehyun http://last-night-story.forumactif.com/t1352-053-5412-nam-daehyun#34350 http://last-night-story.forumactif.com/t1353-na_dae
— emménagement le : 27/08/2018
— courriers : 24
— pseudo : meteorites.
— avatar : ong seongwoo (fayrell)
— billets : 49
— âge : 23 années à se perdre dans le labyrinthe de la vie et de ses incohérences perpétuelles.
— occupation : étudiant en informatique et joueur de e-sport professionnel sur star-craft et overwatch.
— côté cœur : Ignorance confortable de l'amour et de ses travers, naïveté irraisonnée de celui qui a toujours aimé sans jamais chercher à encrer l'abstrait dans la réalité.
— résidence : artémis
— appartement n° : étage n°4 - appartement T436

Re: Lullaby - Hiyori    Mer 3 Oct - 21:22
citer éditer supprimer
Lullaby
ft. Sato Hiyori
Daehyun.
L'argent dans ses yeux s'éteint. Dans un crépitement lent et triste, irrémédiablement vaincu par l'orage de sa contrariété. L'esquisse de son étonnement éclate une dernière fois dans un dernier choc d'incompréhension, avant qu'il ne détourne le regard, déçu presque, blessé surement. La tendresse s'égare - sa confiance s'étiole. Il avait cru tellement fort - il s'était trompé tellement fort. A l'amour de Hiyori, à leur affection mutuelle, à une infinité de peut-être qui au bout du tunnel sonnerait comme un "à jamais". Il avait omit le plus important - qu'ils n'étaient pas pareil, qu'ils n'avaient jamais fonctionné pareil, et que ses silences ne dissimulaient peut être aucune  acceptation muette. Que ces mots là, il aurait mieux fait de les garder pour lui, que le risque était bien trop grand pour qu'il le prenne impunément. Mais Daehyun était suffisamment immature pour espérer que ça ne changerait rien. Qu'il y aurait encore des réveils avec sa main dans ses cheveux, des sms lorsqu'il partait faire les courses, des plaids sur ses épaules et des mugs de lait.
L'argent dans son regard mourut; ça faisait mal mine de rien.

- Excuse moi.

Je ne voulais pas te faire de la peine.
Et un Daehyun embarrassé se frottait machinalement le bout du nez - la peau rougie, les commissures souriantes affaissés. Mais là, c'était plus fort encore - car tout devenait fort et excessif lorsqu'il s'agissait de Hiyori. Il avait arraché son sourire pour le remplacer par une prudente neutralité, prêt à s'enfoncer dans l'autre extrémité du canapé s'il le souhaitait. Car, là était le problème: il n'était plus certain de rien. Tout scientifique qu'il était, il se sentait soudainement la maturité d'un nouveau né - corps malhabile aux certitudes fragiles qui viendrait à plier à la première brise. Il glissa une main dans ses cheveux, coula un regard dans sa direction. Suffisamment proche pour percevoir son balbutiement hésitant. Pas assez pour pouvoir lui résister. Dae, il laissa le silence s'étirer, recevant ses excuses sans réellement savoir quoi en penser - avait-il l'air si peu sérieux pour qu'il puisse incessamment douter de sa sincérité?

- Hiyori?

Et peut-être qu'il avait juste envie qu'il l'écoute Dae, qu'il l'écoute vraiment, et pas juste ce qu'il voulait bien entendre. Oui peut être que c'est pour ça que sa main vint se poser sur sa nuque, pour doucement l'enserrer - parce qu'il y avait encore l'ombre de son rejet. Mais c'était fort, cette envie de poser ses lèvres sur les siennes, cette sensation de s'y perdre, de s'y noyer tout entier alors qu'il s'était à peine aventurer à les effleurer. Le fantôme de son toucher, ça brûlait - il n'aurait sans doute pas dû. Et sa main qui se resserre - qui le capturait. Et son souffle qui s'écrase sur sa chair juste avant que ses lèvres ne se collent contre les siennes, et d'une inclinaison du menton s'employer à tout lui prendre - ses mots et son oxygène, son déni et ce dégoût de lui même.

Et Daehyun l'embrassait.
Et Daehyun se perdait, il y avait tant d'eux sur la courbe de ses lèvres, dans son âme et dans son être.
Et lorsqu'il se recule, c'est comme s'il lui abandonnait un bout de lui même.

- Ce n'est pas parce que je le dis que ça n'a pas d'importance. C'est justement parce que ça en a que j'ai envie de le partager avec toi.

Il frotta ses paumes contre son jean, le relâchant avec précaution.

- Mais j'ai compris, tu n'aimes pas l'entendre.


last night story
Contenu sponsorisé


Re: Lullaby - Hiyori   
citer éditer supprimer
 
Lullaby - Hiyori
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LULLABY :b muaaaaaaaaaah !
» Lullaby Reynolds ~ Makie Sasaki.
» Appartement de Hiyori Hyuuga
» Appartement de Iba Hiyori
» Hopital de Konoha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: l'olympus complex, banpo :: 09. résidence artémis :: aile ouest-
Sauter vers: